Accueil Guerre en Ukraine

Robert Badinter sur la guerre en Ukraine: «C’est l’heure de vérité pour la justice internationale»

La cour pénale internationale doit pouvoir juger Vladimir Poutine, mais surtout ses complices, plaide Robert Badinter.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 7 min

A 94 ans, il n’imaginait pas revivre la guerre en Europe. Et certainement pas dans cette partie de l’Europe qui a déjà tant souffert du deuxième conflit mondial. « Vladimir Poutine n’a pas connu Staline, mais tout de même, il est de Saint-Pétersbourg, de cette ville qui fut martyrisée quand elle s’appelait encore Leningrad », se souvient Robert Badinter. « Il y a eu là deux ans de famines, de maladies, de bombardements. » Et des centaines de milliers de morts. L’invasion de l’Ukraine fait d’autant plus écho à son histoire que la famille de sa mère avait fui les pogroms de Kichinev, dans la Bessarabie russe (dans l’actuelle Moldavie) et que son père avait débarqué en France en 1919 en provenance d’Odessa. Après plus d’un mois d’opération militaire en Ukraine, celui qui a tant œuvré pour la justice internationale estime que c’est pour elle l’heure de vérité. Il nous a reçus chez lui, à Paris, avec les correspondants du groupe Léna.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, dimanche 3 avril 2022, 14:09

    Mais quand les américains ont tué 1.400.000 irakiens, tu te taisais dans toutes les langues, Badinter. Et quand Madeleine Albright disait que "ça valait le coup", tu trouvais ça normal, Badinter. Tes indignations sont tellement sélectives qu'elles en deviennent répugnantes.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 8 mai 2022, 18:55

    Les vôtres ne sont ni sélectives, ni répugnantes, hein non? Et apportez un peu la preuve que M. Badinter se soit tu, au lieu d'éructer bêtement.

  • Posté par DENIS JEAN, vendredi 1 avril 2022, 16:54

    je suis toujours en train de me demander qui a absous Poutine. J'ai tout relu et je n'ai rien vu de tt ça. Y en aurait-il qui prennent leur désir bizarre pour la réalité, en qq mots, qui fantasment plus qu'ils ne lisent? Pour ce qui est du passé??? Le présent suffit à lui-même!

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 1 avril 2022, 15:05

    ça fait du bien de réentendre Mr Badinter du fonds de ses quatre-vingt-quatorze ans. L'enjeu est bien plus profonds que ce qu'il prétend : pour l'heure ce qui est en jeu c'est la crédibilité du "droit international" et les procès, quels qu'ils soient ne sont jamais que les procès intentés par les vainqueurs aux vaincus. Quel avenir reste-t-il à l'ONU au sein de laquelle tant de pays ne sont adeptes que de la force et du pouvoir des armes.

  • Posté par Masure Luc, vendredi 1 avril 2022, 14:51

    Je suis toujours aussi scandalisé par ces intervenants qui absolvent Putin et sa clique en raison d'autres crimes de guerre commis dans le passé.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs