Accueil Société

Ils attaquent au civil l’ancienne école de leur fils non voyant

Les parents d’un enfant non voyant attaquent l’ancienne école de celui-ci au civil, estimant qu’elle l’a trop vite « lâché ». Ce cas particulier montre les difficultés éprouvées par les enfants à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le tribunal de première instance de Charleroi s’est penché, ce vendredi, sur l’action introduite au civil par Nathalie et Vincent Latora contre l’ancienne école secondaire de leur fils non voyant, l’institut Saint-Joseph à Charleroi. Ils reprochent à l’institut d’avoir « baissé les bras » alors qu’ils accueillaient leur enfant en secondaire, en intégration, depuis sa première année. Mais derrière cette affaire, c’est le désarroi qui est de mise : celui de parents qui ont beaucoup sacrifié pour encadrer leur fils, et celui de l’école qui s’est vraisemblablement sentie dépassée par les attentes de ces derniers.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 4 avril 2022, 16:23

    Quand on parle d'une procédure en Justice, personne ne dit " on attaque". Ce n'est pas une guerre. Cette façon de s'exprimer est ridicule. On dit "on intente une procédure". En utilisant des termes impropres, le rédacteur de l'article maintient son lecteur dans l'ignorance. De même on ne dit pas "prendre un avocat"...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs