Accueil Culture Cinéma

Sandrine Kiberlain à propos de «Une jeune fille qui va bien»: «Il fait toujours beau les jours de catastrophe»

Passage derrière la caméra très personnel et tout en délicatesse pour Sandrine Kiberlain avec le portrait grave et lumineux d’une jeunesse sous l’Occupation. Tristement d’actualité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Lors de notre rencontre avec Sandrine Kiberlain sous le soleil cannois en juillet 2021, alors qu’elle venait de présenter son premier long-métrage comme réalisatrice à la 60e Semaine de la critique, personne n’imaginait que la guerre allait faire basculer le peuple ukrainien dans l’horreur. Aujourd’hui, ses propos prennent un écho plus grand.

En quoi était-il essentiel de parler de l’horreur sans la montrer ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs