Accueil Culture Musiques

La pop nonchalance de Wet Leg

Si l’on vous dit Rhian Teasdale et Hester Chambers, ça ne vous parlera peut-être pas tout de suite. Par contre, il y a des chances que vous ayez déjà entendu « Chaise longue », et donc Wet Leg. Le duo de l’île de Wight, qui cartonne au rayon musique made in Britain, sort son premier album.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

A propos de ces deux copines d’école, quelqu’un a écrit qu’elles faisaient de la musique triste pour les gens gais et de la musique gaie pour les gens tristes. Ce qui est certain, c’est qu’elles ont commencé à en faire à deux en 2019, et sous ce nom de Wet Leg après avoir bien fréquenté les festivals, s’y être amusées un max et surtout y avoir vu Idles. Rhian et Hester ont donc imaginé former un groupe, en tout cas un duo, et… ça a plutôt bien fonctionné jusqu’ici. Jugez plutôt : signées précocement sur le label londonien Domino (dont sont pensionnaires des gens comme Franz Ferdinand, Arctic Monkeys, la Fat White Family ou encore les jeunes foufous de Superorganism qui nous reviennent à la mi-juillet avec un nouvel album et au Bota le 13 septembre), les deux jeunes femmes se manifestent en 2021 avec quatre singles (« Chaise longue », « Wet dream », « Too late now » et « Oh no »), puis enchaînent cette année avec deux autres titres (« Angelica » et « Ur mum »).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs