Accueil Culture Musiques

Jean-Marc Foltz & Stephan Oliva: les mélodies éternelles du Duke

Indigo

Fiche - Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

Duke Ellington, on l’a peut-être un peu oublié, ce compositeur raffiné, ce chef d’orchestre inspiré qui a produit le meilleur de la musique des années 30 à 50. Cet album vient donc à temps pour nous remettre à l’oreille toutes ces mélodies éternelles du Duke : In a sentimental mood, Black and tan fantasy, Mood Indigo, Reflections, Caravan, Lotus Blossom (ça c’est du Billy Strayhorn). On a l’habitude de les écouter avec big band, comme Ellington les avait conçues. Ici, Jean-Marc Foltz et Stephan Oliva se contentent d’une clarinette et d’un piano. Réducteur ? Pas du tout : les deux artistes parviennent à capter toutes la richesse et toute l’émotion de ces morceaux dans leurs deux instruments. Une question de talent et d’enthousiasme, sans aucun doute. La sonorité de Foltz à la clarinette et clarinette basse et d’Oliva au piano ne perd pas une note de la sophistication de celles du Duke. Comme dit Gilles Tordjmann dans le très beau livret qui accompagne l’album, « c’est un redéploiement du matériau musical, une sorte de perspective cavalière qui ferait voir l’ensemble de l’édifice selon un autre point de vue ». Et ce point de vue est remarquable.

Vision fugitive / L’Autre Distribution

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une