Accueil Culture Scènes

Benjamin Schoos: «Construire la nouvelle gouvernance était assez excitant»

Son président, Benjamin Schoos, défend le rôle prospectif que devrait avoir le Conseil supérieur de la culture, malgré la réticence politique. Premier rapport d’activité et bilan d’une naissance chahutée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 8 min

Nés en septembre 2020 au cœur de la crise sanitaire, le Conseil supérieur de la culture et les organes consultatifs de la « nouvelle gouvernance culturelle » ont livré ce lundi leur premier rapport d’activité. Près de deux cents pages pour comprendre les seize premiers mois d’existence d’une gouvernance qui semblait une gageure, et a pourtant été réalisée dans le pire des contextes imaginables. Tout n’a pas été rose, de grosses menaces pèsent à la fois sur la culture, sa gouvernance, sa diffusion. Le point avec le président du Conseil, Benjamin Schoos, alias Miam Monster Miam.

Vous publiez les taux de présence dans les divers organes et, bien que les gens soient assez mal payés, ils ont été très actifs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs