Accueil Société Régions Hainaut

Charleroi: un ancien commissaire de la police fédérale jugé pour un double assassinat

Aux assises du Hainaut, un ancien commissaire de la police fédérale de Charleroi est jugé pour un double assassinat.

Temps de lecture: 3 min

La cour d’assises du Hainaut procédera, le mardi 19 avril à 14h00 aux cours de justice à Mons, au tirage au sort des jurés qui seront chargés de juger, dès le vendredi 22 avril à 9h00, Francis Vandy. L’ancien commissaire de la police fédérale de Charleroi est accusé d’avoir assassiné deux personnes qui pêchaient dans son étang à Forchies-la-Marche, le 28 août 2019.

Le 29 août 2019, Maria Ghelmegeanu se rend à la police de Bruxelles-Ouest pour signaler la disparition de son époux Gabriel. La veille, ce dernier s’est rendu à la pêche avec son frère, Constantin Tomescu, lequel avait choisi un étang situé à Forchies-la-Marche, en Hainaut, non loin de son ancienne maison.

Au même moment, la zone de police des Trieux est avertie par une habitante de la rue du Bosquet à Forchies-la-Marche de la présence suspecte, depuis la veille, d’une Opel Zafira. Les policiers constatent qu’elle est immatriculée au nom de Constantin Tomescu, dont la disparition vient d’être signalée à Bruxelles.

Des fouilles sont menées par la police, laquelle découvre deux corps sans vie dans un bosquet proche de l’étang. Il s’agit bien des deux Roumains disparus, l’un d’eux étant identifié grâce à un tatouage. Les policiers relèvent des traces de sang et des projections. Du matériel de pêche est retrouvé près de l’étang appartenant à un commissaire de police à la retraite, Francis Vandy, et son épouse.

Alors qu’une voisine raconte aux policiers qu’elle a entendu, le 28 août, des coups de feu, le fils de Constantin Tomescu raconte aux enquêteurs qu’il était allé pêcher à cet endroit avec son père, quelques mois plus tôt, et que deux hommes les avaient chassés. L’un était accompagné d’un chien et l’autre était armé. Il a d’ailleurs fait feu vers le sol pour les faire fuir. Il reconnaît Francis Vandy sur un panel photographique présenté par les enquêteurs.

« Tué pour ne pas être tué »

Une perquisition est menée, le 30 août, chez l’ancien policier où plusieurs armes à feu sont découvertes. Auditionné, il nie être impliqué dans ce double homicide. Toutefois, des traces de sang sont relevées sur les vêtements qu’il portait le 28 août. Les empreintes génétiques des deux victimes se trouvent sur son pantalon et ses chaussures. L’ancien policier, dont l’arme de service a mystérieusement disparu lors de la retraite, est placé sous mandat d’arrêt le 17 octobre 2019.

Le 13 janvier 2020, Francis Vandy passe aux aveux. Il déclare « avoir tué pour ne pas être tué » par les hommes qui pêchaient dans son étang. Il a maintenu cette version lors de la perquisition organisée le 27 mai 2020 par le juge d’instruction.

Après avoir quitté l’armée avec le grade de caporal, Francis Vandy est entré à la police judiciaire de Charleroi en 1974. En 2000, il a atteint le grade de commissaire divisionnaire après avoir décroché une licence en criminologie. Il dit avoir témoigné, à plusieurs reprises, devant la cour d’assises dans le cadre de sa profession. Dès le mardi 19 avril, il sera jugé par cette même cour d’assises.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo