Accueil Société

Les entreprises de titres-services à bout de souffle

En Région wallonne, la ministre Morreale entend limiter les dérives. Le secteur prône, lui, une libéralisation comme cela se fait ailleurs en Europe.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 5 min

Il y a ce monsieur qui constate que son aide-ménagère n’est pas venue au rendez-vous et qui lui annonce qu’elle ne viendra plus car la hausse du prix des carburants et du coût de la vie en général est telle que travailler n’est plus rentable. Il y a ce couple qui téléphone à une agence de titres-services et qui se voit répondre que ce n’est même pas la peine de se mettre sur une liste d’attente, tant elle est longue. Il y a cette dame qui se demande pourquoi on va lui réclamer des frais complémentaires à partir du premier mai. Et il y a ce monsieur handicapé qui préfère désormais engager au noir, en payant un peu plus cher que le titre-service, pour être certain de maintenir sa qualité de vie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Miguel ----, mardi 19 avril 2022, 10:17

    Quand la taille de l'entreprise atteint un certail seuil, afin de maintenir led augmentation salariale, voiture de société etc.... ils ont besoin de plus de sous. Malheureusement cela ne profite pas aux aides ménagère. Perso je suis prêt a donner 9 euros pour participer aux frais des aides ménagères mais pas forcement pour l'usine qui est derrière

  • Posté par Deladrier-rase , mardi 19 avril 2022, 9:57

    L'exploitation de l'homme par l'homme chapeautée par l'Etat. Je crois que je préfère encore que mon argent, en tant que contribuable, serve à payer des allocations de chômage que de l'envoyer dans ce genre de société. Et si ce système est si vertueux, pourquoi ne peut-on pas payer directement une aide-ménagère "indépendante" avec des titres-services? Pas très compliqué avec les moyens électroniques actuel de leur créditer rapidement le nombre de titres-services sur leur compte par exemple, un enregistrement sur une plateforme permettant d'éviter les dérives.

  • Posté par Deladrier-rase , mardi 19 avril 2022, 12:44

    Mr Tameyre, je comprends et partage vos remarques mais on progresse de ce côté là...les employeurs vous donnent une attestation, ou communiquent directement avec les sociétés de transports, et l'employé n'avance même plus le prix de son abonnement... de même que vous êtes remboursé automatiquement et directement par la mutuelle lors d'une visite chez votre médecin. Si je me souviens bien, on a créé le système des titres-service pour lutter contre le stéréotype de la femme d'ouvrage payée en noir tout en bénéficiant des allocations de chômage...et donc, pour rebondir sur la vie privée, outre qu'une plateforme pourrait anonymiser les parties, personne n'était (et n'est) à l'abri d'un contrôle d'un inspecteur du forem (rappelez-vous un sujet de Strip tease sur une véritable rosse d'inspectrice). On a bien eu des contrôleurs de l'inspection sociale en entreprise pour voir si des collègues respectaient leur quarantaine en rentrant de vacances l'été 2020 !!! et personne ne s'est posé la question sur la vie privée...

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 19 avril 2022, 11:59

    Mais vous rêvez ! La plateforme centrale permettrait de savoir qui travaille chez qui combien de temps ! Ce serait une terrible atteinte à la vie privée ! Il est bien préférable de payer des comptables, des administrateurs et des contrôleurs, qui n'ont le plus souvent aucun pouvoir, pour contrôler tout ça. Ce que vous ne voulez pas comprendre c'est que si on faisait ça on devrait le faire aussi pour les mutuelles, les tickets restaurants ou les transports publics payés par les employeurs. Ça simplifierait la vie de tas de cochons-payeurs mais alors tous ces bullshit jobs qu'en ferait-on ?

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 19 avril 2022, 8:43

    Ces entreprises sont devenues d'énormes machines qui emploient plusieurs milliers de femmes uniquement et jamais d'hommes. Aucune enquête préalable n'est réalisée chez leurs clients pour vérifier l'adéquation entre le nombre d'heures demandées par le client et l'importance du travail à effectuer. Un client peut demander 3 heures de prestations pour nettoyer une maison complète et le plus souvent rien n'est vérifié au préalable. On imagine facilement les dérives.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs