Accueil Guerre en Ukraine

Xavier Rousseaux: «Le viol dissout l’identité de l’adversaire»

Le viol comme arme de guerre s’est imposé à partir du XXe siècle, une fois que les populations civiles se sont retrouvées prisonnières de la nasse des combats.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le viol est aussi vieux que la guerre. Mais le viol en tant qu’arme de guerre, fondé sur une politique planifiée comme moyen de combat et de soumission, est somme toute assez récent.

Xavier Rousseaux (FNRS, UCLouvain) rappelle que le viol de guerre n’est pas un « phénomène universel et intangible ». « Bien sûr », rappelle-t-il, « le viol a toujours existé. Mais tant que les guerres étaient généralement limitées aux combats entre militaires ou entre factions armées, il ne constituait pas une arme collective en soi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs