Accueil Présidentielle 2022

Présidentielle 2022: la presse française donne un léger avantage à Macron à l’issue du débat

Emmanuel Macron s’est montré pugnace mercredi soir face à une Marine Le Pen tenace, lors d’un débat télévisé dense et acerbe, mais courtois dans l’ensemble. Les deux candidats à la présidentielle se sont montrés aux antipodes sur presque tout : l’Europe, le voile, l’éolien…

Temps de lecture: 3 min

Avantage Macron » barre la Une de Sud Ouest jeudi au lendemain du débat télévisé ayant opposé le président sortant à Marine Le Pen, qui ont pu, selon la presse, présenter deux visions de la France dans un climat plus serein qu’en 2017.

« Macron domine, Le Pen tient le choc », résume l’ultime édition du Figaro à sa une, Vincent Trémolet de Villers notant dans son éditorial « une légitimité acquise et persistante d’Emmanuel Macron ».

Les journaux soulignent la bonne tenue des échanges contrastant avec le dernier duel entre les deux candidats, il y a cinq ans, où Mme Le Pen était passée à côté de l’exercice.

A la une, les journaux privilégient souvent une photo de chaque candidat en pleine argumentation, mains accompagnant la parole et regard déterminé. Le Télégramme titre ainsi « Duel sans concession ».

« Il y a cinq ans, c’était une parodie démocratique (…) cette fois, le débat d’idées a eu lieu », se félicite pour sa part Luc Bourrianne dans L’Est Républicain .

Il y eut des piques pendant les près de trois heures d’échanges, certes. Le Parisien/Aujourd’hui en France retient celle de M. Macron : « Quand vous parlez à Poutine, vous parlez à votre banquier », pour appuyer son titre de une « Macron à l’attaque, Le Pen en défense ».

« Merci pour ce moment »

« Merci pour ce moment », ose même Frédéric Vézard dans son édito pour les Dernières Nouvelles d’Alsace , content d’avoir assisté à un « débat limpide » où « deux visions de la France se sont confrontées à ciel ouvert ».

Un moment « long et dense, un peu ennuyeux au démarrage sur le pouvoir d’achat mais, au final, instructif, à défaut d’être véritablement passionnant », a, pour sa part, trouvé Laurent Bodin de L’Alsace .

Comme ce couple installé devant son poste de télévision à la une de Ouest-France , les Français ont assisté à « deux visions si opposées », titre le quotidien.

Tout le monde avait en mémoire une Marine Le Pen fatiguée et perdue dans ses fiches en 2017. Elle « s’en est nettement mieux sortie. Mais elle n’a pas renversé la table : son adversaire n’a pas perdu le match », juge Patrice Chabanet dans le Journal de la Haute-Marne .

Libération se montre plus sévère. « Toujours pas à la hauteur », titre le quotidien de gauche sur une photo en gros plan de Mme Le Pen, regard dans le vide.

« Contradictoire et floue dans bien des domaines, Marine Le Pen, combative et modérée, a montré les limites de l’exercice », abonde Olivier Biscaye dans Midi Libre , jugeant qu’Emmanuel Macron « un tantinet certain de son fait » mais « offensif et précis », a « gagné cette première manche » avant le vote de dimanche.

La position du « Soir »

Quelle leçon tirer de ce débat ? « Un président mordant prive son adversaire de sa revanche », titre Le Soir . Emmanuel Macron a « dominé Le Pen dans un débat à couteaux tirés ».

Les deux finalistes de la présidentielle ne se sont en effet pas épargnés. Et dans la confrontation, c’est le président sortant, largement dominant sur le fond, qui s’est montré le plus mordant, mettant régulièrement, comme en 2017, son adversaire en difficulté. Evitant l’humiliation totale comme il y a cinq ans mais sans s’empêcher souvent de lui faire à nouveau la leçon.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Carnevale Antoine, jeudi 21 avril 2022, 12:35

    MACRON: PRÉSIDENT. Punto é basta Ciao Marinella.

  • Posté par Bastin Eric, jeudi 21 avril 2022, 11:06

    Pauvre Marine, à la peine de bout en bout, désorientée, qui avait l'air par moments d'implorer du regard l'aide de Léa Salamé. La différence de niveau et la domination intellectuelle et physique de Macron en devenaient gênantes par moments. Après un round d'observation, Macron a pulvérisé en cinq phrases le programme économique du RN. Le coup de grâce a été donné un quart d'heure plus tard avec le prêt russe. MLP est alors entrée en mode survie pour tenir la tête hors de l'eau jusqu'à la fin. Certes elle ne s'est pas auto-sabordée comme l'autre fois et a été beaucoup plus digne, mais le spectacle n'en a pas moins été d'une rare cruauté. Macron, lui, a été effroyable par son attitude non verbale, qui exprimait une sorte de fausse commisération méprisante. Il a été gonflé de dire à la fin qu'il respectait MLP en tant que personne, après l'avoir toisée comme une sous-merde tout au long du débat. Au final, probable match nul quant à l'impact sur les votes.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 21 avril 2022, 11:52

    "Pauvre Marine" ??? C'est elle qui a choisi d'être candidate à la Présidence, et c'est même la 3e fois consécutive, et la 2e face à Macron. Elle n'est pas à plaindre. D'autant qu'elle garde ses chances de l'emporter dimanche. Ça vaut bien une séance de torture. Encore que Macron n'ait pas été si cruel que cela. Incisif, c'est certain ; mettant le doigt là où ça fait mal, sans doute, mais Marine Le Pen ne l'a pas épargné non plus.

  • Posté par Dr Mi, jeudi 21 avril 2022, 9:58

    Macron maintient une vision cohérente de sa politique. Son 2ème quinquennat fera du bien aux plus démunis et à la classe moyenne en relevant le pouvoir d'achat avec des mesures ciblées. Il ne sera plus uniquement le président des riches. Il sera plus dans le social et aidera l'Europe à être forte.

  • Posté par collin liliane, jeudi 21 avril 2022, 11:47

    Macron n'a jamais été le président des riches. La France occupe la première position en Europe en matière de dépenses de prestations sociales en part du PIB (31,7 %).

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Présidentielle 2022

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une