Accueil Guerre en Ukraine

Ioulia Timochenko: «Poutine est un fasciste en guerre contre l’Europe»

L’ancienne Première ministre Ioulia Timochenko est l’un des visages de l’Ukraine pro-européenne. Elle raconte qu’en 2008, quand elle était au pouvoir, elle ne voulait pas croire au scénario d’une invasion russe.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ioulia Timochenko, ancienne Première ministre de l’Ukraine, a été l’une des figures de proue de la révolution orange initiée en réaction à la victoire présidentielle de Viktor Ianoukovitch en 2004. Femme d’affaires dans le secteur énergétique, elle a également été emprisonnée pour détournement de fonds, une condamnation qualifiée de « politique » par les siens et d’« illégale » par la Cour européenne des droits de l’homme. Aujourd’hui âgée de 61 ans, elle porte toujours sur la tête la même couronne qui tresse ses cheveux d’une teinte désormais un peu plus foncée. Une femme de pouvoir, même maintenant qu’elle est dans l’opposition avec son parti Patrie. Elle soutient pleinement le président Zelensky : dans le cadre de cette guerre, « nous ne formons qu’un seul peuple, avec un seul cœur ».

Comment définiriez-vous Poutine ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

30 Commentaires

  • Posté par Martin Roland, vendredi 22 avril 2022, 20:57

    Anna Politovskaja, journaliste assassinée en 2006 à Moscou, écrivait dans son livre "La Russie selon poutine" : " Poutine a, par pur hasard, mis la main sur un pouvoir gigantesque et il en use de manière catastrophique. Je le déteste parce qu’il n’aime pas le peuple. Il nous méprise, il ne nous voit que comme un moyen d’arriver à ses fins, d’étendre et de conserver son pouvoir. Il se croit en droit de faire de nous ce qu’il veut, de jouer avec nous et de nous manipuler, de nous détruire s’il le juge nécessaire. Pour lui, nous ne sommes rien, tandis que lui, qui s’est trouvé fortuitement propulsé à la tête du pays, est aujourd’hui l’égal d’un tsar et même d’un dieu que nous devons adorer et craindre. La Russie a eu des dirigeants de cette espèce. Chaque fois, cela nous a conduits à la tragédie, à des bains de sang, à des guerres civiles. De tout cela, je ne veux plus. Voilà pourquoi j’éprouve autant d’aversion pour ce tchékiste bon teint qui foule le tapis rouge du Kremlin et grimpe les marches qui le mènent au trône."

  • Posté par Bertrand Christophe, vendredi 22 avril 2022, 22:59

    Et voilà aussi pourquoi elle fut assassinée , au pied de son immeuble

  • Posté par Frissen JM, vendredi 22 avril 2022, 17:17

    Ah oui, j'oubliais Bandera qui justifie donc que ce pays soit devenu pour ses ennemis un pays de nazis. Si ces idiots s'intéressaient un peu à l'histoire (la vraie hein ! Pas celle réécrite par des nationalistes poutiniens en plein délire), ils comprendraient que la haine des Ukrainiens contre les bolchéviques ayant, sous Staline, produit l'Holodomore (vous savez cette légende d'un fait qui n'a jamais existé... Voici la preuve : http://www.jedisdesconneries.ru) les a fait accueillir les nazis comme des libérateurs. Oui c'est vrai ! Et alors ? Les petits trolls d'extrême-gauche ont-ils oublié Staline comme les Russes repassés à la machine à laver par Poutine qui interdit aujourd'hui toute critique sur cette époque et son grand leader ? Et les tenants du darwinisme eugénique, comment osent-ils critiquer un peuple désespéré qui même en Russie avec Lidia Ossipova, auteur du Journal d'une collabo a ces mots : "(...) Les Allemands allaient gagner. Dieu pardonne-moi. Je ne suis pas une ennemie de mon peuple ni un rebut de la nature et de ma patrie. Mais il faut regarder la vérité en face : nous tous en Russie nous souhaitions la victoire de l'ennemi QUEL QU'IL SOIT. Car ce régime maudit nous a tout volé, y compris le sentiment du patriotisme". Voilà la réalité (Russes, Ukrainiens antibolcheviques qui allaient en effet choisir le choléra au lieu de la peste mais comment leur en vouloir d'avoir espéré). Alors, bande de cons ignares aux cerveaux lavés par Moscou et votre antiaméricanisme maladif : fermez-là !

  • Posté par Frissen JM, vendredi 22 avril 2022, 17:03

    le terme fasciste est presque devenu trop faible. Ce sont des nazis et rien d'autre. Et ceux et celles qui tenteront encore de minimiser les horreurs de ces nazis en faisant des parallèles puants avec les Etats-Unis, sont en réalité un bande de trolls extrémistes qui se fichent comme d'une guigne de ce qu'est la liberté d'un peuple de d'auto-administrer. La seule chose qu'ils méritent, c'est un bon crachat en pleine gueule.

  • Posté par Martin Roland, vendredi 22 avril 2022, 20:32

    Mais dites moi: finalement, quelle différence y a t il entre les combattants de Daech et les barbares russes ???

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs