Accueil

Délicates à traiter, les tumeurs cérébrales restent heureusement rares

De la localisation va dépendre la prise en charge, qui va de la chirurgie à la radiothérapie ou la chimiothérapie. Un peu plus de 800 cas sont détectés chaque année en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

De tous les endroits du corps où une tumeur peut se développer, le cerveau est une des zones les plus difficiles à traiter. Lorsque l’on parle de « cancer du cerveau », on évoque une tumeur primitive, qui prend naissance dans le cerveau, contrairement aux tumeurs secondaires qui sont des métastases – une migration de cellules cancéreuses – d’un cancer préexistant dans un autre endroit du corps. « Il existe de nombreuses sortes de tumeurs du cerveau, mais les plus courantes sont les gliomes, qui affectent les neurones, soit les cellules nerveuses du cerveau », explique le docteur Véronique Le Ray, directrice médicale à la Fondation contre le cancer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs