Accueil La Une Économie

Marghem se paie Wathelet

La ministre Marghem affirme que Melchior Wathelet a moins bien négocié qu’elle avec Electrabel. Mais la comparaison n’est pas aussi évidente.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

C’est ce qui s’appelle une attaque en règle. Elle est signée par le MR, et envoyée directement vers le CDH et le PS, plus particulièrement vers Melchior Wathelet et l’ex-gouvernement Di Rupo.

Un mot sur le contexte pour bien comprendre l’affaire : on est dans le cadre du débat sur le nucléaire. Sous la législature précédente, le gouvernement « papillon » avait voté la prolongation de dix ans de la durée de vie de Tihange 1, confirmant la volonté de fermer Doel 1 et 2 dès 2015. Mais la suédoise a remis cette fermeture en cause, et a décidé d’également prolonger de dix ans les deux réacteurs anversois (deux des trois textes de loi nécessaires à cette prolongation ont déjà été votés, lire Le Soir de ce vendredi).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Henri Dopchie, samedi 4 juin 2016, 14:17

    En décidant, en fin des années 60, de construire des centrales nucléaires, Electrabel (EBES et INTERCOM) a pris un admirable risque financier. Il serait juste qu'il (ENGIE) en récolte les fruits après amortissement. Cette taxe spécifique, même légale, est scandaleuse. D'autre part, seule l'agence AFCN est compétente concernant l'aspect technique de la poursuite de l'exploitation, et non des entités techniques choisies par des partis politiques.

  • Posté par Renaud Lecocq, vendredi 3 juin 2016, 22:49

    ça va encore coûter un bras cette histoire (jeu de mot, tavu)

Aussi en Économie

Twitter à deux doigts de la mort cérébrale

La modération du réseau social est en lambeaux. Les rêves libertariens d’Elon Musk se heurtent à l’intransigeance des annonceurs, des régulateurs européens et d’Apple par rapport aux contenus toxiques. Qui inondent désormais la plateforme.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs