Accueil Planète Biodiversité

Biodiversité: une extinction de masse possible dans les océans d’ici 2300, selon une étude

« Parce que les extinctions marines n’ont pas progressé autant que celles sur terre, notre société a le temps de renverser la vapeur en faveur de la vie dans les océans », ont toutefois écrit des scientifiques dans un article de commentaire accompagnant l’étude.

Temps de lecture: 3 min

Sans réduction des émissions de gaz à effet de serre, les espèces vivant dans les océans pourraient se trouver décimées d’ici 2300, de façon comparable à une extinction de masse survenue il y a environ 250 millions d’années, avertit une étude publiée jeudi dans la prestigieuse revue Science.

Mais limiter le réchauffement de la planète à 2ºC par rapport à l’ère pré-industrielle permettrait d’éviter ce scénario catastrophe, soulignent les chercheurs.

Ces derniers ont utilisé des modèles analysant le lien entre le réchauffement climatique, la baisse des quantités d’oxygène dans l’eau en résultant, et les quantités d’O2 nécessaires pour la survie des espèces. Particulièrement compliquées à étudier, de telles projections des risques d’extinction dans les océans avaient jusqu’ici été très peu formulées.

Un scénario catastrophique

Or les résultats sont alarmants : si les émissions de gaz à effet de serre réchauffant la planète continuent d’accélérer, alors les océans pourraient connaître d’ici l’année 2300 une extinction de masse comparable à celle du Permien.

Lors de cet événement catastrophique, la biodiversité marine avait été réduite à son strict minimum, sous l’effet combiné d’une hausse des températures et d’un déclin de l’oxygène dans les océans, une trajectoire également en cours aujourd’hui. Selon ce scénario, les océans tropicaux perdraient le plus d’espèces, mais de nombreuses espèces de ces zones migreraient vers d’autres régions pour survivre.

En revanche, les espèces polaires disparaîtraient massivement, n’ayant aucun endroit où se réfugier.

Source d’espoir, un scénario limitant le réchauffement à 2ºC permettrait lui de « réduire la gravité des extinctions de 70 %, évitant une extinction de masse », selon l’étude.

L’Accord de Paris, texte international de référence, fixe l’objectif de contenir le réchauffement de la planète « nettement en dessous de 2ºC par rapport aux niveaux préindustriels » et si possible à +1,5ºC.

Cet objectif est « hors de portée » avec les engagements internationaux actuels, selon les experts climat de l’ONU (Giec).

« Parce que les extinctions marines n’ont pas progressé autant que celles sur terre, notre société a le temps de renverser la vapeur en faveur de la vie dans les océans », ont toutefois écrit des scientifiques dans un article de commentaire accompagnant l’étude. « Où exactement se situe notre avenir entre le meilleur et le pire scénario sera déterminé par les choix de société faits », ont-ils ajouté.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par De Kegel André, jeudi 28 avril 2022, 22:54

    Ceci pour autant que c'est le CO2 qui soit responsable de la montée des températures. Ce qui est de plus en plus mis en doute par les scientifiques. Pas par le GIEC qui n'est pas constitués par des scientifiques, près de la moitié ne le sont pas. Et attention aux fautes de frappe. N'est-ce pas 3300 ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 29 avril 2022, 10:06

    Quelles sont les raisons réelles de toujours vouloir procrastiner? Quelles que soient les causes -et je ne suis pas sûr que vous soyez légitime pour contester les compétences des autres en la matière-, il est plus qu'évident que la situation se dégrade...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, jeudi 28 avril 2022, 20:39

    D'ici 2300 ... ça c'est de la vision à long terme dit donc. Ou de la science fiction peut-être ?

Aussi en Biodiversité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une