Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: de nouveaux corps torturés retrouvés à Boutcha

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a chiffré à 900 le nombre de corps découverts dans la zone de Boutcha.

Temps de lecture: 2 min

La police ukrainienne a annoncé samedi la découverte d’une nouvelle fosse commune avec les corps de trois hommes aux mains liées, torturés puis exécutés près de Boutcha, petite ville près de Kiev devenue le symbole des atrocités imputées à la Russie, dont les forces continuaient de pilonner l’est du pays et à y gagner petit à petit du terrain.

«Les victimes ont été torturées pendant longtemps (...) Finalement, chacun d’eux a reçu une balle dans la tempe», a indiqué samedi dans un communiqué le chef de la police de la région de Kiev, Andriï Nebytov, à propos des trois corps retrouvés dans une fosse la veille à Myrotske, un village proche de Boutcha.

«Les victimes avaient les mains liées, des vêtements autour du visage pour qu’ils ne voient rien et certains avaient des baillons dans la bouche», a-t-il ajouté, indiquant que les corps portaient des traces de torture.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a chiffré à 900 vendredi, dans un entretien avec la presse polonaise, le nombre de corps découverts dans la zone de Boutcha. Les soldats russes ayant brûlé et enterré des corps, «personne ne sait combien de gens ont péri», a-t-il ajouté.

Sur le terrain, après avoir mis en échec l’armée russe dans son offensive lancée le 24 février sur Kiev, les forces ukrainiennes peinent désormais à contenir la poussée dans l’est du pays d’une armée en supériorité numérique et pour l’instant mieux armée, qui cherche à les prendre en étau depuis le nord et le sud.

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi dans la ville, pilonnée depuis des semaines par l’artillerie russe. Les bombardements avaient fait un mort et plusieurs blessés vendredi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 1 mai 2022, 17:30

    Pour Timisoara nous n'avions pas la panoplie de moyens d'information dont nous disposons aujourd'hui : satellites indépendants; réseaux internet; moyens médiatiques puissants et "direct"; etc.. Ce que nous voyons aujourd'hui : ce sont des crimes quasi en direct; comme si nous y étions! Évidement il y en aura toujours qui auront "de la merde sur les yeux" (surtout chez les Trolls à Poutine).

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 2 mai 2022, 9:53

    Bien vu pour le Modus Operandi, M. Stordiau. Et il faut ajouter une caractéristique sous-jacente: aucune humanité ni empathie.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 2 mai 2022, 0:25

    Le Troll a comme "modus operandi" 3 axes : 1) enfumage; 2) Fake news et 3) Victimisation. Bravo, <Jean Luc> ... vous réunissez ces trois critères. Primo: vous reconnaissez les moyens modernes de vérification objectives ... mais vous les dénoncez (enfumage et brouillage) . Ensuite , Secundo la fake news : "on a inventé les atrocités" . Et tertio , terminons par la victimisation ... "tomber dans l'insulte" ; car vous êtes toujours "censuré"; "insulté"; etc. Vous devriez continuer a écrire pour "R-T" ; "Sputnik" ; "Pravda"; etc ...

  • Posté par Jean Luc, dimanche 1 mai 2022, 19:21

    Vous avez raison sur les moyens d'information dont nous disposons ; ils sont malheureusement aussi des moyens de désinformation - dont tien ne permet de penser que notre camp ne se serre pas, puisque c'est de bonne guerre. Sur ce, je n'ai vu nulle part aucune image de corps torturés ; vous le direz qu'il serait indécent de les montrer ; je vous répondrai que ce raisonnement permet à n'importe qui d'inventer des atrocités, et aussi que les média n'en sont pas à une indignité près. Pour le reste, il devrait y avoir moyen de débattre sans tomber dans l'insulte, arme des pauvres d'esprit et qui donc ne vous convient pas...

  • Posté par Jean Luc, dimanche 1 mai 2022, 4:01

    Comme à Timisoara ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une