Accueil Société

Coronavirus: pourquoi le traitement de Pfizer est si peu utilisé en Belgique?

Le manque de données sur l’efficacité pour les plus âgés et les personnes vaccinées et le risque d’interaction avec d’autres médicaments poussent les experts à limiter son utilisation aux immunodéprimés.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 4 min

A l’ère du covid, l’année 2022 est sans conteste celle des traitements. Après les anticorps monoclonaux, de nouvelles molécules ont été mises au point pour lutter contre la réplication virale du Sars-Cov-2. Deux sont autorisées en Belgique depuis quelques semaines : le molnupiravir (Lagevrio) produit par la société Merck MSD et le Paxlovid de la société Pfizer. Leur utilisation reste toutefois limitée. Pour le molnupiravir, l’explication est assez simple : l’efficacité déjà réduite durant les essais cliniques pourraient être encore moindre en vie réelle (à peine 30 % de réduction des risques d’hospitalisation et de décès) et, surtout, le médicament ne fait toujours pas l’objet d’une autorisation de mise sur le marché par l’Agence européenne du médicament (EMA) qui a uniquement remis un avis pour aider les pays comme la Belgique qui souhaitaient tout de même pouvoir l’utiliser.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs