Accueil Monde États-Unis

Etats-Unis: comment une fuite de documents exceptionnelle a fait vaciller le droit à l’IVG

Les juges de la Cour suprême s’apprêteraient à annuler un arrêt historique reconnaissant depuis près d’un demi-siècle le droit à l’avortement.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 5 min

L’avortement est un droit fragile. Si on l’avait oublié, le cinglant rappel nous vient tout droit des Etats-Unis. C’est de Politico qu’est venue la tempête, dans la nuit de lundi à mardi. Le média américain, se basant sur une fuite de documents exceptionnelle, révèle que la Cour suprême américaine a voté en faveur de l’annulation de la décision historique « Roe versus Wade », selon un premier projet rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et adopté par une majorité de ses collègues. Mardi en fin d’après-midi, le président de la Cour, le juge John Roberts, a douché les espoirs des pro-IVG sceptiques quant à la fuite : le projet est authentique, une enquête pour « abus de confiance flagrant » est ouverte. La révélation, sans précédent dans l’histoire judiciaire américaine, a provoqué une véritable déflagration politique et jeté de l’huile sur le feu des débats – nourris aux Etats-Unis – sur la question du droit à l’avortement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Retine Marc, mercredi 4 mai 2022, 20:50

    Cour suprême?... suprêmement sénile oui!. Hypocrisie totale, les riches grenouilles de bénitiers iront faire leur IVG dans un autre pays, les pauvres hélas passeront par les aiguilles à tricoter d'une faiseuse d'anges. Mesdames défendez vos droits bec et ongles.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 4 mai 2022, 14:27

    Ceux qui estiment que tout changement est un progrès devraient être contents :-) Plus sérieusement, tout cela a l'air d'une tempête dans un verre d'eau autour d'une note dont on exagère la portée. De toute façon, les positions radicales et victimaires exprimées en ce moment sont absurdes. Pour le reste, je partage totalement l'avis de Naeije Robert.

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 4 mai 2022, 10:05

    L'arrêt de la Cour suprême Roe vs Wade énonçant en 1973 que le droit au respect de la vie privée, garanti par la Constitution américaine, s’applique à l’avortement est depuis le début juridiquement discutable. Notons que le juge Kavanaugh pensait néanmoins qu'il étaity préférable de ne pas le remettre en question. Qu'arriverait-il si cet arrêt était supprimé? Chaque état US serait ramené tout simplement à la situation que nous connaissons en Belgique: le problème serait débattu par une assemblée démocratiquement élue et une loi serait votée en conséquence. La loi Lallemand-Michielsens fut votée par notre parlement sans arrêt constitutionnel préalable. Les recours introduits auprès de notre Cour suprême (=constitutionnelle) furent d'ailleurs rejetés. Une modification en est actuellement discutée en commission et une loi modifiée sera le cas échéant soumis à un vote parlementaire. Il n'y a rien en cela qui porte atteinte aux droits des femmes. Espérons que toutes ces discussions favoriseront une intensification de l'éducation sexuelle et une meilleure généralisation de l'accès sans barrière à la contraception. Je suis personnellement en faveur d'un encadrement légal de l'avortement comme celui dont dispose la loi Lallemand-Michielsens, qui est une bonne loi. Mais l'avortement est un événement traumatique dont on peut diminuer l'incidence par une bonne prévention médico-sociale.

  • Posté par Joute Dodo, jeudi 5 mai 2022, 12:40

    Comme toujours, beaucoup de mots pour finalement ne raconter que des bêtises. Non, chaque état US n'est pas ramené à la situation que nous connaissons en Belgique: rien à voir avec la situation belge. Et, oui! Bien sûr que l'atteinte aux droits des femmes est flagrante. Cinq Etats se sont prononcés en faveur d’une interdiction quasi totale de l’IVG, y compris en cas de viol ou d’inceste, tandis que quatre ont modifié leur Constitution de telle manière qu’elle ne protège pas le droit à l’avortement. Douze Etats ont aussi interdit l’avortement au-delà de six semaines, à un stade où la plupart des femmes ignorent même être enceintes. (chiffres du Monde ) On en est déjà à 21!. Bien sûr que l'atteinte aux droits des femmes est bafouée.

  • Posté par Batjoens Charles-Henri, mardi 3 mai 2022, 23:04

    Une siciete americaine de plus en plus clivee. Quel retour en arriere aussi on n aurait pas omaginer celzcil y a qques annees.

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs