Accueil Sports

«Des barrières de deux mètres qui faisaient penser à un zoo»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Réputée pour son ambiance bon enfant, l’Union n’a pas été épargnée par la violence le 10 avril dernier. On joue la 82e minute lorsque quelques fans du Beerschot décident d’enjamber la barrière qui mène au terrain et se ruent sur la tribune est, celle réservée aux sympathisants saint-gillois. Après quelques échanges de coups et des fumigènes lancés dans le parcage unioniste, la police intervient et décide d’arrêter le match. Une triste scène qu’on n’a pas l’habitude de voir au stade Marien. Mais une question se pose inévitablement. Et encore plus à l’approche de la venue au Parc Duden du Club de Bruges ce dimanche ainsi que de l’Antwerp le 22 mai prochain : un tel scénario pourrait-il se répéter ? L’Union ne doit-elle pas prendre des mesures de sécurité supplémentaire ? Nous avons posé la question directement à son directeur général, Philippe Bormans, dont la réponse est limpide. « J’ai déjà lu qu’il était facile de monter sur le terrain à l’Union. Mais en réalité, c’est le cas dans beaucoup de stades. Récemment, j’ai assisté au match entre Elche et Majorque.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs