Accueil Société

Marie-Monique Robin: «La biodiversité, c’est notre maison. Si on la détruit, on ne survivra pas»

Avec son nouveau film « La Fabrique des pandémies », la journaliste et réalisatrice française envoie Juliette Binoche à la rencontre des scientifiques qui décryptent les mécanismes à l’origine des maladies émergentes.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 6 min

S’il est bien un fil rouge qui relie les œuvres multirécompensées de Marie-Monique Robin, c’est la santé. Mais la santé, dans sa vision holistique où l’Homme ne peut se comprendre sans son environnement, ses pratiques et son inventivité qui le mène au meilleur comme au pire. Le Monde selon Monsanto, Le Round-Up face à ses juges, Notre poison quotidien, quelques-uns des multiples épisodes de sa filmographie, dénoncent l’empreinte indélébile de l’Humain sur la nature qui le mène à sa perte. Avec son film La Fabrique des pandémies inspiré du livre éponyme, la réalisatrice profite de la crise qui paralyse le monde depuis deux ans pour illustrer un phénomène que les scientifiques de haut vol s’échinent à démontrer depuis des années : la destruction des écosystèmes naturels par l’Homme est à l’origine des maladies émergentes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Freddy Algrain, mercredi 11 mai 2022, 12:48

    Blablabla, le seul problème qui engendre les pandémies, les problèmes climatiques, la pollution incontrôlable, la diminution des ressources est la DEMOGRAPHIE. La seule espèce à ne plus subir la sélection naturelle est l'humain, il est donc en pleine expansion et finira par tout détruire et ce façon inexorable. Tant que l'homme ne changera pas de comportement nous irons droit dans le mur et malheureusement c'est une fatalité.

  • Posté par Naeije Robert, lundi 9 mai 2022, 17:07

    Mme Durieux, Vous devriez faire votre travail de journaliste. On n'offre pas sans commentaire critique une tribune à une activiste qui a précédemment obtenu un prix prestigieux par escroquerie. Mme Robin à l'époque aurait pu argumenter qu'une vérité subjective peut présenter de l'intérêt ("ma" vérité vs "la" vérité) - mais à mon avis pas en portant atteinte à l'honorabilité de médecins mis en cause à leur insu..

  • Posté par Naeije Robert, lundi 9 mai 2022, 11:28

    Marie-Monique Robin est bien cette journaliste qui a obtenu le prix Albert Londres dans les années 1990, pour une enquête sur un soi-disant vol organisé d'yeux dans un but de greffes d'organes chez de petits Colombiens. De multiples témoignages ont permis de démontrer que le reportage de Mme Robin était fabriqué de toutes pièces et ignboblement calomnieux vis à vis de médecins colombiens qui ont eu la surprise de se découvrir incriminés. Je n'ai jamais compris pourquoi le Prix Albert Londres n'a pas été retiré à Mme Robin.

  • Posté par Wauters Georges, samedi 7 mai 2022, 12:51

    En plus de la lutte contre la pauvreté et le changement de paradigme économique que vous citez, il me semble également nécessaire de réduire la place que nous prenons sur cette planète. La solution me semble devoir inévitablement passer par la réduction du nombre d êtres humains si nous ne le faisons pas volontairement ce sont les épidémies, la famine et les catastrophes naturelles qui s en chaperont

  • Posté par Fonder Daniel, samedi 7 mai 2022, 12:34

    Mieux vaut se taire face à cet extrémisme ….

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs