Accueil Société

Le phénomène des piqûres en discothèques se propage en Belgique

Largement observé en France et en Grande-Bretagne, le nouveau mode opératoire visant à droguer des personnes avec une injection tend à se propager en Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Un nouveau mode opératoire visant à droguer des personnes à leur insu dans des bars ou en boîte de nuit fait rage en France en Grande-Bretagne. De nombreuses plaintes ont été enregistrées suite à des piqûres administrées par des seringues hypodermiques dans ces deux pays. Il semble aujourd’hui qu’il se propage sur le territoire belge. Sept plaintes ont en effet été déposées suite à un bal organisé à Dampicourt, en province de Luxembourg. La Dernière Heure rapporte que le parquet d’Arlon a ouvert une enquête pour investiguer ces faits rapportés par quatre mineures et trois majeures.

Toutes les victimes affirment s’être réveillées avec des traces de piqûres sur le corps et avoir ressenti des effets secondaires tels que des vertiges, la tête lourde, des nausées et des pertes de mémoire. Aucun suspect n’a été arrêté. Les analyses toxicologiques n’ont actuellement rien révélé, mais pour qu’elles détectent la présence de drogues, elles doivent s’effectuer dans les dix heures suivant l’injection, ce qui laisse une fenêtre très réduite.

« Il pourrait s’agir d’une nouvelle drogue qui n’est pas encore détectable », estiment les enquêteurs dans les colonnes de La Dernière Heure. En Belgique, aucune agression sexuelle n’a encore été enregistrée suite à une de ces mystérieuses injections.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lilien Raymond, samedi 7 mai 2022, 15:06

    Ce qui est réellement surprenant, c'est que ces piqûres ne sont pas liées à des agressions sexuelles - et tant mieux pour ces jeunes filles/jeunes femmes ! Et apparemment, c'est aussi le cas en France dans la plupart des cas (voir votre article de référence). Alors, à quoi cela rime-t-il ? Quel est le but poursuivi ?

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 7 mai 2022, 21:52

    En effet. Ce phénomène a toutes les apparences de l'hystérie collective. Un crime qui ne "profite" à personne (puisqu'il n'y a pas d'agression sexuelle ni de vol) ce n'est pas très crédible.

  • Posté par Buchin Stephan, samedi 7 mai 2022, 20:59

    Il est certain que ce type d'agression a pu se produire mais il est probable que ces jeunes sont victimes de psychose sur fond de légendes urbaines. La variabilité des symptômes laisse plutôt penser aux effets de l'intoxication alcoolique.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko