Accueil Société

Don de sang: faut-il continuer d’exclure des donneurs en raison de leurs pratiques sexuelles?

Il y a presque un an, PS et Défi (rejoints il y a peu par Ecolo/Groen) ont sollicité plusieurs organismes pour pouvoir déposer des propositions de loi visant à revoir les conditions du don de sang des personnes en fonction de leur orientation sexuelle. En Belgique, la loi impose aux homosexuels hommes une période d’abstinence de 12 mois. Un temps perçu comme très long, voire impossible à respecter surtout pour les couples stables et exclusifs. Les députés débattront ce mardi en commission santé de la Chambre d’abaisser ce délai à quatre mois –voire à zéro.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Chaque année, plus de 500.000 transfusions sanguines sont administrées dans notre pays, une intervention salvatrice pour ceux qui en bénéficient. Seulement voilà : après deux ans de pandémie qui ont freiné les rares 3 à 4 % de donneurs réguliers dans leurs élans, l’approvisionnement en sang en Belgique est à un niveau historiquement bas.

Une situation critique qui pourrait durer : depuis le début de l’année, le nombre de collectes de sang a chuté de 15 à 20 %, alors qu’on sait que la période estivale est traditionnellement moins prodigue. Dans un contexte aussi tendu, quel sens cela a-t-il encore d’exclure certains donneurs ? Pourquoi ne pas nous aligner sur nos voisins comme la France, les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, qui ont tous ouvert le don de sang aux homosexuels en couple stable et monogame ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Hell Dé, lundi 9 mai 2022, 20:49

    Vraiment un sujet racoleur, le prototype du tison pour aviver la haine dans un sujet de commentaires. Bravo au responsable de cette trouvaille ...

  • Posté par Chalet Alain, lundi 9 mai 2022, 18:30

    On cherche à écarter les donneurs à risque, ce qui est évidemment un bonne chose. En faire une question d'égalité est absurde. Mais il est vrai que l'égalitarisme actuel n'en est plus à une absurdité près.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 9 mai 2022, 10:57

    Il faut faire attention avec les transfusions sanguines >>>> voir le.s affaire.s de "sang contaminé" ...

  • Posté par Jean Luc, lundi 9 mai 2022, 10:34

    Et puisque la sexualité non-hétéro serait génétique, de quel droit m'obligerait-on à recevoir du sang non-hétéro?

  • Posté par massacry olivier, lundi 9 mai 2022, 15:03

    La science a de beaux jours devant elle avec vous.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs