Accueil Culture

Bertrand Belin, «Tambour Vision»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Il y a d’abord, chez Bertrand Belin, cette voix, grave et élégante. Cette façon unique de jouer avec les mots ensuite, de faire naître des images libres, à nous de les imaginer, chacun à notre façon. Lui seul en connaît bien souvent le sens. Et puis il y a ces mélodies, très accessibles, délicatement déposées sur un lit électro parfumé de mellotron. Avec beaucoup d’espace pour qu’on puisse bien profiter des mots. Bertrand joue, avec humour, l’air de ne pas y toucher, retrouvant l’enfant en chacun de nous, mais émeut aussi par tant de beauté. L’être humain et ses interactions sont au centre d’une œuvre pas plus exigeante qu’une autre, à mettre entre toutes les oreilles…

Cinq7-PIAS.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Delaf: «Je voulais que le lecteur retrouve le Gaston de Franquin»

Marc Delaf ne s’était pas encore exprimé sur la reprise de Gaston. Il nous dévoile pour la première fois les secrets de fabrication des nouveaux gags sur lesquels il travaille depuis quatre ans. L’artiste québécois défend le bien-fondé de cette recréation décidée par Dupuis et à laquelle s’oppose la fille d’André Franquin.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs