Accueil

Le personnel de Cloetta à Turnhout dépité à l'issue du conseil d'entreprise (2)

Le personnel du fabricant suédois de confiseries Cloetta, établi à Turnhout, est ressorti "incrédule et abattu" du conseil d'entreprise extraordinaire mardi matin, selon les mots de Jeffrey Goossens, représentant de l'ACV/CSC Alimentation & Services. La maison mère souhaite fermer son site anversois et promet un avenir aux Pays-Bas à ses effectifs. Mais la plupart des employés ne se voient pas franchir la frontière pour aller travailler.
Temps de lecture: 2 min

"Nous avons fait part à la direction de notre mécontentement à la suite de la communication de lundi soir", explique M. Goossens. Le syndicat considérait comme une violation de la loi sur les licenciements collectifs le fait de ne pas avoir mis au courant les représentants du personnel de cette décision de fermeture. "La semaine passée, toute l'équipe de l'usine était encore à une fête du personnel lors de laquelle le site de Turnhout a été loué comme étant le plus efficace, et lundi soir nous apprenons que l'usine va fermer en 2026."

La direction a officialisé mardi matin son intention de fermeture au cours du conseil d'entreprise extraordinaire. La phase de consultation et d'information de la loi Renault va donc pouvoir commencer. Plusieurs réunions sont prévues ces prochaines semaines. Selon la direction, Cloetta aurait opté pour les Pays-Bas car ceux-ci offrent de plus grands débouchés.

Le conseil d'entreprise a également permis de confirmer la volonté de construire à Roosendaal aux Pays-Bas, non loin de la frontière belge, une nouvelle usine, hypermoderne et respectueuse de l'environnement. Les deux fabriques présentes actuellement à Roosendaal ainsi que celle de Turnhout doivent donc fermer leurs portes.

"La direction entend transférer autant de monde que possible vers le nouveau site", expose le représentant du syndicat chrétien. "Mais soyons honnêtes: en pratique, ce ne sera pas simple. Plus d'une demi-heure de route sépare Roosendaal de Turnhout et certaines personnes viennent déjà de loin. La distance sera donc trop grande, sans oublier le fait que le système de sécurité sociale est différent."

La ministre flamande de l'Emploi, Hilde Crevits, n'a pas non plus apprécié la méthode de communication de l'entreprise suédoise. Mme Crevits a indiqué mardi qu'une telle annonce de fermeture, sans concertation, sans accompagnement des travailleurs, était "inacceptable". "La législation sur le sujet, la loi Renault plus particulièrement, est claire. Les 115 employés de Turnhout ont droit à une information correcte et livrée dans les délais."

Elle attend maintenant que les négociations entre l'employeur et les travailleurs se déroulent sereinement et que toutes les pistes soient examinées, non seulement concernant la préservation de l'emploi mais aussi à propos des aides à fournir au personnel en vue de trouver un autre job.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une