Accueil Économie Entreprises

Ferrero espère relancer son usine d’Arlon le 13 juin

Le chocolatier va remplacer 300 mètres de tuyaux et nettoyer 10.000 pièces avant de fabriquer à nouveau ses Kinder. A l’Afsca de juger si ce sera suffisant pour réautoriser la production.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Le lundi 13 juin. C’est ce jour-là, dans un mois, que Ferrero espère pouvoir reprendre la production dans son usine d’Arlon. Ce site est à l’arrêt depuis le 8 avril dernier, sur ordre de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), suite à la découverte d’un lien entre une grosse centaine de cas de salmonelloses en Europe – dont 29 chez nous – et la consommation de chocolats Kinder fabriqués sur les lignes arlonaises. Qu’est-ce qui a exactement conduit à ces contaminations ? A ce jour, personne n’a la réponse, pas même l’Afsca dont l’enquête est encore en cours.

Qu’à cela ne tienne : la multinationale du chocolat compte bien obtenir le feu vert de l’agence fédérale pour relancer ses activités en province de Luxembourg. Mercredi dernier (le 4 mai), elle a officiellement introduit une demande d’autorisation en ce sens auprès de l’Afsca qui a 30 jours maximum pour se prononcer. Et le chocolatier semble vouloir mettre toutes les chances de son côté en multipliant les efforts pour atteindre une hygiène irréprochable. « Nous avons entamé le nettoyage en profondeur des lignes de production que nous allons complètement démonter et remonter. Cela représente 10.000 pièces à traiter », explique Laurence Evrard, porte-parole de Ferrero en Belgique.

Mais ce n’est pas tout. « Nous allons plus loin en remplaçant tout notre circuit du beurre de lait, des cuves de matières premières jusqu’aux lignes de production. Ces tuyaux mesurent 300 mètres en tout. Ces travaux de remplacement nous coûteront 500.000 euros. » Le coût total de la réhabilitation de l’usine n’est pas encore connu à ce stade.

Mille personnes, 7 jours sur 7

Pour mener ces opérations à bien, Ferrero a rappelé l’ensemble de son personnel et fait appel en plus à 200 travailleurs externes. « Actuellement, 1.000 personnes travaillent sur le site, 7 jours sur 7 à raison de deux shifts par jour afin que nous soyons prêts le plus vite possible », précise Laurence Evrard. Il faut dire que l’été est une période clé pour l’entreprise. Traditionnellement, c’est durant cette période qu’elle fabrique ses produits pour la dernière partie de d’année, dont les fêtes. Quand pourrait-on espérer revoir des Kinder en rayons ? « Donner une date de retour de nos produits sur le marché est prématuré », répond Ferrero.

Et pour cause : les travaux de nettoyage et de rénovation sont encore en cours. Et la date du 13 juin ne reste qu’une proposition. C’est à l’Afsca qu’il reviendra de trancher. « Nos experts se rendent à nouveau sur place, cette semaine, pour examiner les modalités pratiques du plan de relance que nous a soumis Ferrero. Nous étudions la demande d’autorisation de production. Nous répondrons avant le 13 juin », commente Aline Van den Broeck, porte-parole de l’agence fédérale qu’on imagine particulièrement exigeante après l’incident sanitaire à Arlon.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière