Accueil Sports Autres sports Golf

Golf: les confidences émouvantes de Nicolas Colsaerts avant le Soudal Open

Frappé d’une maladie rare depuis 6 mois, Nicolas Colsaerts a tout mis en œuvre pour revenir au pays et y disputer la manche du prestigieux Tour européen de golf qui se déroulera à Rinkven (Anvers) de jeudi à dimanche.

Temps de lecture: 5 min

La Belgique accueille cette semaine à Rinkven une manche du Tour européen de golf – désormais intitulé « DP World Tour » : le Soudal Open, doté de 2 millions de dollars de prize money. En plus d’une ribambelle de Belges invités pour l’occasion, on pourra y voir à l’œuvre les trois joueurs belges du top : Thomas Pieters, Thomas Detry et Nicolas Colsaerts. Comme le faisait remarquer ce dernier à l’occasion d’une conférence de presse empreinte d’une grande émotion, « nous avons tous les trois de bonnes raisons de nous réjouir d’être ici : le premier Thomas quelques semaines après sa prestigieuse victoire dans le Rolex Series d’Abou Dhabi, le deuxième quelques jours à peine après la naissance de son premier enfant (NDLR : une petite Sophia Dolores, née il y a 3 semaines à Londres), et moi-même après avoir vécu une période très difficile. »

« Retrouver la famille et les amis »

Frappé depuis la fin du mois de novembre d’une maladie rénale rare – une néphropathie membraneuse primaire qui fragilise son système immunitaire –, Nicolas Colsaerts (39 ans) a expliqué avoir tout mis en œuvre pour disputer ce prestigieux tournoi organisé en Belgique. « C’est toujours spécial de revenir à la maison, devant des gens qui nous ont vu grandir, et d’ainsi retrouver la famille et les amis », s’est exprimé le Bruxellois, désormais installé à Dubaï en compagnie de son épouse Rachel et de leurs deux fils, Jackson (4 ans) et Oliver (10 mois). « Je me sens beaucoup mieux qu’il y a deux ou trois mois, et je suis très heureux d’être ici. Je vis une vie à nouveau normale depuis le mois de mars. Tous mes résultats d’urine et sanguins sont vraiment bons. Le traitement que je suis fait son effet. Il faut savoir que cette maladie ne se traduit pas seulement en fatigue. J’ai fait de la rétention d’eau. A un moment, je suis passé de 82 à 90 kg, puis j’ai perdu cette eau en 48 heures ! Mon corps était tellement déstabilisé que lors des tournois du début de l’année, je me suis retrouvé au sol à trois reprises, perclus de crampes, après mes tee-shots. C’était compliqué d’être performant, car en plus du physique, il y a le mental, et tout cela était assez compliqué. Maintenant, je n’ai plus rien de tout ça. Encore un traitement à suivre, mais plus aucun problème de quoi que ce soit. »

« M’entraîner plus ou moins convenablement »

Toujours affaibli, Nicolas Colsaerts a obtenu une exemption médicale qui lui permettra de conserver sa carte l’an prochain sur le prestigieux DP World Tour. Cette année, son programme comporte pour le moment deux épreuves : le Soudal Open, et l’Open de France où il défendra son titre à la fin du mois de septembre. « Je guéri doucement, et il va donc encore falloir être un peu patient pour mettre tout cela derrière moi », dit-il. « Je joue moins que si j’avais une saison normale, mais j’essaie de m’entraîner plus ou moins convenablement. Pour venir ici, j’ai mis les bouchées doubles par rapport au début de cette année. »

« Ma femme a été extraordinaire »

Touché physiquement, la locomotive du golf belge reconnaît avoir également dégusté au niveau du mental. « Il suffit de poser la question à ma femme qui a été extraordinaire, et qui voit désormais la différence par rapport aux semaines qui se sont écoulées entre novembre et janvier qui ont été très dures. Le suivi de mon traitement y est certainement pour beaucoup : je vais quatre fois à la salle par semaine, et je suis un traitement hyperbare qui fait énormément de différence. Je ne vais pas dire que le golf était devenu secondaire, mais la mission première était de faire le maximum pour que je récupère l’envie, le mental et la santé. Et maintenant tout va bien. »

« Ça met une claque »

Quand on lui demande si cette épreuve a changé chez lui la façon de voir les choses, la réponse fuse : « Oui, évidemment ! Quand quelque chose arrive dans la vie de n’importe qui, et qu’on réfléchit à certaines choses auxquelles on n’avait jamais pensé avant, il est impossible de ne pas voir les choses autrement. J’ai sans doute eu la chance d’avoir été formaté un peu différemment : sportif de haut niveau, engagé dans une discipline où le mental est très important, j’étais peut-être un peu plus armé que quelqu’un de normal pour essayer de passer à travers cette expérience qui était un peu dure. Au début, on voit sa famille, on voit ses enfants. (Il s’interrompt, très ému) Ça met un peu une claque. Ma femme a été incroyable. Ça fait réfléchir, mais en attendant j’étais super-bien entouré. »

Au point de pouvoir reparler de son jeu, mais aussi de prévenir : « Je pense avoir un niveau décent, mais je n’ai absolument aucune idée où je me situe. Cette semaine, je pourrais rentrer deux cartes de 78, mais ça ne m’empêchera pas de sortir avec un grand sourire ! Il est clair que cela n’aurait pas été la même chose si j’étais arrivé ici avec de grandes ambitions, ou si j’avais déjà joué une douzaine de tournois avant d’arriver ici. En fait, je vois cette semaine comme une occasion de situer mon jeu. C’est clair que j’aborde ce tournoi de façon très différente des deux Thomas… »

« Au-dessus du cigare »

Et tant pis pour le classement (597e mondial) ? « Oui, bien sûr ! Comme en marge de chaque chose difficile qui déboule dans votre vie. Surtout si c’est quelque chose sur lequel on n’a aucun contrôle. Il y a des joueurs qui se blessent et qui sont out pendant un an, avec un poignet cassé ou une blessure au cou. Donc non, je ne suis pas frustré par rapport à mon classement. Ce que j’ai vécu était tellement plus gros ! Quand on parle de santé, de vie et de remise en question, le fait d’être 400e, 500e ou 600e mondial, ça vous passe un peu au-dessus du cigare ! »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Golf

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb