Accueil Guerre en Ukraine

Ukraine: les pro-Russes de la région de Kherson veulent demander à Poutine une annexion

« Il y aura une demande pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la fédération de Russie », a dit aux agences russes le chef adjoint de l’administration militaro-civile de Kherson.

Temps de lecture: 2 min

Les autorités installées par Moscou dans la région ukrainienne de Kherson comptent demander à Vladimir Poutine une annexion, a indiqué mercredi un responsable régional pro-russe. « Il y aura une demande (adressée au président russe) pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la Fédération de Russie », a dit aux agences russes Kirill Stremooussov, chef adjoint de l’administration militaro-civile de Kherson, région conquise par l’armée russe durant l’offensive déclenchée par Moscou en février contre l’Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné l’assaut contre son voisin en l’accusant d’y opprimer et massacrer les russophones. Il avait assuré ne pas vouloir occuper de territoires ukrainiens. La région de Kherson, située juste au nord de la Crimée annexée par Moscou en 2014, est essentielle pour approvisionner la péninsule en eau.

Sa conquête, seule véritable succès militaire pour Moscou depuis le début de sa campagne, permet aussi de constituer un pont terrestre reliant la Crimée, la région séparatiste pro-russe de Donetsk et le territoire russe.

Sa prise devait aussi permettre à Moscou de se lancer à l’assaut du grand port d’Odessa, au sud-ouest de l’Ukraine, sans succès jusqu’ici, ainsi que vers le Nord en direction des villes de Zaporijjia et Dnipro.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

54 Commentaires

  • Posté par José Dehove, mercredi 11 mai 2022, 17:22

    Les russophones y sont cependant minoritaires ?

  • Posté par Stoob Spyridon, mercredi 11 mai 2022, 16:38

    Mr van Obbergen, permettez moi de ne pas partager votre opinion. Habitant le brabant flamand je vous assure que l’opinion majoritaire sur les francophones est médiocre. D’ailleurs beaucoup de flamands ont une opinion médiocre des hollandais aussi. Mais revenons à la Belgique. La route vers le conféderalisme est toute tracée et si c’est pas la prochaine législature ce sera la suivante. Même l’idée de se passer de Bruxelles fait son chemin. Et de toute façon ce sont les francophones qui ont plus besoin de la Belgique que les flamands. Et tous les exemples que vous donnez sont des minorités qui se battent pour leur autonomie ou indépendance contre des états qui leur dénient leur volonté d’émancipation. Les flamands n’ont pas besoin de se battre il obtiendront ce qui veulent par la pression économique.

  • Posté par Stoob Spyridon, jeudi 12 mai 2022, 15:26

    Je pense qu’il faut clore cette discussion qui n’a plus rien a avoir avec le titre de l’article. Et les résultats des prochaines élections nous donnerons tort ou raison. Qui vivra verra.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 12 mai 2022, 12:51

    D'après les résultats des élections, ce n'est toujours pas une majorité qui est séparatiste ou indépendantiste. Je m'en tiens à cela plutôt qu'aux "ressentis".

  • Posté par Stoob Spyridon, jeudi 12 mai 2022, 9:19

    Mr Smyers, le ressenti, le mien ou celui des vos amis, n’est pas important. Par contre l’adhésion de quasi la majorité flamandes aux thèses des partis ouvertement indépendantistes l’est. Et je ne vois pas en quoi vos valeurs seraient humanistes et les miennes pas. Pour une une grande part des flamands la partie francophone du pays est perçue comme un fardeau. À tort ou à raison. Ce n’est pas un jugement de valeur juste une vérité économique.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une