Accueil Belgique

«C’est plus facile pour ceux qui parlent anglais»

A l’Institut auderghemois de promotion sociale, les cours de français ont le vent en poupe auprès des réfugiés ukrainiens. Désireux de tendre vers une plus grande autonomie, ces adultes doivent toutefois se confronter à de nombreux défis.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Je suis mère. Je suis la fille… Non. J’ai une fille. » Dans un français hésitant, Nadia, ukrainienne récemment arrivée à Bruxelles, tente de répondre aux questions de son enseignante. Après trois semaines de cours intensifs, à raison de 12 heures par semaine, la distinction entre le verbe « être » et « avoir » commence à peine. Sur le tableau interactif, les mots « maman », « grand-père », « fille », « cousin » accompagnés de pictogrammes aux couleurs flashs sont là pour l’aider à former une phrase.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs