Accueil Sports Football

Pierre Rondeau: «Les sociétés font régulièrement faillite, les clubs de foot, c’est plus rare»

Ovnis économiques, les super-nantis du football continental continuent de creuser le fossé du sport. Jusqu’à quand, comment et dans quel but ? L’économiste Pierre Rondeau tente une analyse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Ils étaient trois clubs dans le monde à pouvoir se l’offrir et ce sont les Anglais de Manchester City qui ont décroché la palme. En s’offrant les services de l’attaquant Norvégien Erling Haaland, les multipropriétaires émiratis du probable futur champion d’Angleterre ont rappelé que le monde du football était plus que jamais morcelé. Et échappait bien souvent à la plus élémentaire logique d’entreprise. On essaie d’y voir plus clair avec Pierre Rondeau, économiste du sport.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs