Accueil Sports Football Football belge Union Saint-Gilloise

Anthony Moris déçu du résultat à Bruges: «Les dieux du foot nous ont fait défaut»

Comme dimanche dernier, les Unionistes sont à nouveau ressortis extrêmement abattus de leur rencontre face aux Brugeois.

Temps de lecture: 2 min

Il n’y avait qu’à voir le visage en pleurs de Casper Nielsen pour s’en convaincre. « On est très déçu car, sur l’ensemble des quatre matches, on méritait mieux », confiait son coéquipier et gardien Anthony Moris. « Mais en football, il y a quelque chose qui est éloquent, ce sont les statistiques. Quand Bruges prend 10 points sur 12 contre toi et que tu ne marques pas un seul but, il faut un peu creuser de ce côté-là et voir ce qu’il se passe. Même si toutefois, dans le contenu, cela fait longtemps que Bruges n’a pas été aussi malmené durant quatre matches. Cela prouve qu’on a fait quelque chose de grand. Malheureusement, il n’y aura qu’un seul champion et je les vois mal s’écrouler. »

« Si on voulait être champion, c’est ce genre de match qu’on aurait dû gagner », déclarait pour sa part Ismaël Kandouss. « Après, on ne peut pas reprocher aux attaquants de ne pas avoir marqué. C’est comme ça. On a fait une extraordinaire saison et on ne retiendra que le positif. »

La déception était d’autant plus grande chez les Saint-Gillois qu’ils pensaient avoir égalisé à une minute de la fin du temps réglementaire. Un but finalement justement annulé pour un hors-jeu de Van der Heyden. « Cela fait partie du foot », réagissait encore Moris. « En fait, peut-être que les dieux du foot nous ont fait défaut aujourd’hui. Car ce but annulé était un tournant. Tout comme celui qu’on prend où j’essaye de dévier la balle sur le côté. Au final, elle touche un partenaire et rentre au fond des filets. »

« Malchance »

Une action sur laquelle le portier, de ses propres dires, ne pouvait pas faire grand-chose de plus. « Je suis à bout de bras, je n’aurais pas pu garder la balle. Si le ballon n’est pas touché et part à côté, on n’en parle plus. C’est le football, c’est la malchance. »

Une fois de plus, l’Union va dès lors devoir se remobiliser. Car ses chances de titre ne se sont pas encore totalement envolées. « Ce sera compliqué mais on y croira jusqu’au bout. Rien n’est impossible », lâche encore Kandouss.

Toutefois, l’USG devra, avant tout, rapidement assurer définitivement la deuxième place. « Car on parle quand même d’accession au minimum aux poules de l’Europa League. Celui qui ne veut pas assurer ça n’a rien compris au foot », conclut Moris, déjà tourné vers l’affrontement de dimanche face à Anderlecht.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Saint-Gilloise

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb