Accueil Culture

«Quand j’entendais «Primitif flamand», cela me faisait sourire»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

D’où vous est venu votre besoin d’écrire ?

J’ai eu des professeurs qui parlaient de littérature d’une manière qui me fascinait. Par la suite, je me suis rendu compte que je rêvais de devenir écrivain, c’était une façon de conquérir un espace mental. Quand on est issu de la classe moyenne, l’art est une façon de s’élever, de s’émanciper, de chercher de la beauté. Mon grand-père m’emmenait à l’opéra, m’apprenait le bonheur et l’émotion en écoutant Verdi, d’embellir la vie en écoutant de la musique.

Quand avez-vous commencé à écrire ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs