Accueil Léna

Barentsburg, la ville norvégienne de mineurs russes et ukrainiens où la guerre est un tabou

La colonie établie sur l’archipel du Svalbard, à proximité du pôle Nord, pâtit des conséquences des mesures européennes adoptées contre la Russie.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

Jamais un citoyen norvégien n’a vécu dans la localité norvégienne de Barentsburg. Ses habitants sont, pour la plupart, des mineurs ukrainiens ou russes, et pratiquement aucun n’y tient le coup plus de deux ans. La colonie, l’une des plus froides et isolées de l’Europe, connaît ses heures les plus creuses depuis sa création, en 1920, par un groupe de Hollandais.

En manque d’acheteurs pour ses tonnes de charbon et avec un secteur touristique dans la banqueroute, elle vient d’être frappée, dans un premier temps, par la pandémie, puis, à présent, par un boycott dû à la guerre en Ukraine. « Les temps sont durs », admet Serguei Guschin, le consul général de Russie à Barentsburg. « Nous faisons en sorte que tout aille pour le mieux », poursuit-il.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par ZZZZZZZ Z :-), samedi 14 mai 2022, 13:28

    Un exemple de plus des interconnections de notre société capitaliste impossibles à démêler. J’ai moi même des employés ukrainiens avec qui il n’y a aucun problème.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs