Accueil Opinions Cartes blanches

Abattage rituel et bien-être animal: le dilemme cornélien du législateur bruxellois

La question de la réglementation de l’abattage rituel agite les milieux politiques et religieux bruxellois. Une solution acceptable pour tous ne pourra être trouvée que par le dialogue avec les représentants des cultes, qui s’est avéré fructueux par le passé.

Carte blanche - Temps de lecture: 4 min

Après les Parlement wallon et flamand, c’est au tour du Parlement bruxellois de se pencher sur la question de l’interdiction – ou non – de l’abattage rituel d’animaux sans étourdissement préalable. A cet égard, l’on rappellera d’emblée que le bien-être animal est une matière qui a été régionalisée lors de la Sixième Réforme de l’Etat, ce qui explique les potentielles différences législatives d’une région à l’autre. En effet, là où les législateurs wallon et flamand ont décidé d’interdire tout abattage – même religieux – sans étourdissement, tel n’est pas le cas en Région bruxelloise où les partis politiques sont très divisés sur la question.

Outre les questions « belgo-belges » de répartition des compétences, il faut, en outre, tenir compte des compétences de l’Union européenne, notamment en matière de politique agricole commune. En 2009, l’Union a adopté un Règlement sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort qui, entré en vigueur en 2013, prévoit une possibilité (et donc pas une obligation) d’exception à l’obligation d’étourdissement en cas d’abattage religieux.

Le choix des Régions wallonne et flamande de prohiber l’abattage rituel sans étourdissement préalable a récemment été validé par la Cour de Justice de l’Union européenne et par la Cour constitutionnelle. Le recours est, désormais, pendant devant la Cour européenne des droits de l’homme. Il reste que la question est moins prégnante dans ces deux régions car la population de confession musulmane y est beaucoup moins nombreuse qu’en Région bruxelloise.

Une conciliation difficile

Toute la difficulté réside dans la conciliation entre, d’une part, la protection du bien-être animal qui est un objectif d’intérêt général de l’Union européenne et, d’autre part, la liberté de religion qui est consacrée par la plupart des instruments de protection des droits fondamentaux.

Pour concilier ces deux enjeux, il nous paraît inutile, de la part du Parlement bruxellois, d’auditionner pléthore d’experts scientifiques car l’ensemble des études scientifiques s’accordent pour considérer que les procédés d’abattage du culte musulman et du culte israélite font souffrir les animaux, en plus de les plonger dans un état de grande détresse lorsqu’ils réalisent qu’ils vont être égorgés. Le problème est que, dans la religion musulmane et la religion juive, il est exigé que l’animal décède du fait de son abattage, et non pas en raison de l’étourdissement préalable, ce qui se produisait parfois avec les anciens procédés d’étourdissement mécanique. Désormais, grâce aux progrès techniques, un procédé d’électronarcose qui est réversible (et donc non létal) a été mis au point. Il permet de s’assurer que l’animal ne décédera pas par étourdissement et sera seulement dans un état semblable au sommeil, ce qui fait qu’il ne se rendra pas compte qu’il est abattu et n’en souffrira en principe pas.

Il reste que cette méthode d’électronarcose ne fait pas l’unanimité au sein des communautés religieuses. Si elle semble acceptée par une partie des communautés musulmanes, elle est, en revanche, mal accueillie par les communautés juives qui exigent, en plus, afin que la viande soit casher, que l’animal soit conscient lors de son abattage.

La piste du dialogue

L’on comprend dès lors la perplexité des législateurs : comment concilier bien-être animal et liberté de religion ? Il nous semble que la seule vraie piste de solution est celle du dialogue. Un dialogue entre les décideurs politiques et les représentants des cultes afin que chacun puisse comprendre les inquiétudes de l’autre. Il est difficile d’imaginer que les juifs et les musulmans ne soient pas, eux aussi, préoccupés par le bien-être animal. L’on soulignera également que, depuis 2021, le Code civil reconnaît que les animaux sont dotés de sensibilité. La protection du bien-être animal est non seulement un objectif d’intérêt général de l’Union européenne mais aussi de plus en plus présent dans les législations ces dernières années, à l’instar de l’interdiction de couper les queues des chiens et des chevaux, de l’obligation de stériliser les chats en Région wallonne, etc.

L’on rappellera que le dialogue entre les pouvoirs publics et les représentants des cultes est la solution qui avait été préconisée par le Conseil d’Etat fin 2020 lorsqu’il avait annulé un arrêté ministériel empêchant la tenue de cérémonies religieuses à cause de la pandémie. Un nouvel arrêté avait alors été adopté par le ministre compétent après avoir discuté avec les représentants des cultes reconnus et de la laïcité organisée.

En optant pour le dialogue, le législateur bruxellois se gardera au moins de deux risques : celui de se prononcer sur la légitimité des croyances des communautés religieuses, d’une part, et celui qu’il soit procédé à des abattages clandestins pour contourner les interdictions, d’autre part.

À lire aussi Le PS bruxellois ne veut pas interdire l’abattage rituel À lire aussi Olivier Maingain sur l’abattage rituel: «Défi ne peut s’inscrire comme allié indirect de l’extrême droite»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par meyer jean, mardi 17 mai 2022, 11:04

    Grenoble le burkini, les talibans la Burka et Bruxelles l' abbatage rituel. Nous allons dans la mauvaise direction.

  • Posté par meyer jean, mardi 17 mai 2022, 11:04

    Grenoble le burkini, les talibans la Burka et Bruxelles l' abbatage rituel. Nous allons dans la mauvaise direction.

  • Posté par Monsieur Alain, lundi 16 mai 2022, 20:03

    Il y a deux choses que les animaux perçoivent parfaitement : L'extériorisation de la peur chez ses congénères ET l'odeur du sang. J'espère ne jamais être considéré comme un agneau à sacrifier par la pratique religieuse d'une espèce supérieure à l'homo sapiens sapiens (enfin sapiens ? ...)

  • Posté par lambert viviane, vendredi 13 mai 2022, 22:41

    Il y a une pétition qui circule sur FB chez les musulmans ( dont rien n'indique qu'ils habitent la Region Bruxelloise !) et qui a déjà récolté plus de 100.000 signatures. Cette pétition réclame l'abattage suivant les règles coraniques. La messe est dite ( si j'ose m'exprimer ainsi).

  • Posté par D L, dimanche 15 mai 2022, 22:57

    C'est bien la preuve qu'il n'y a aucune volonté d'intégration de leur part et l'exemple du Liban et des Balkans devraient réellement nous faire réfléchir.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche Quand les juges se déshonorent

C’est en agissant en serviteurs dociles des politiciens qui les ont nommés, que les juges qui ont voté la révocation du droit à l’avortement aux Etats-Unis ont trahi le respect dû aux individus qu’ils sont censés protéger.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une