Accueil Monde

Le futur d’un pays oblitéré

La Banque mondiale parle de la crise libanaise comme l’une des pires des 100 dernières années. En trois ans, bien peu a été fait pour enrayer la spirale inflationniste et remettre le système bancaire à flot. Et après les élections, les perspectives sont bien courtes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Comme la place des Martyrs et le quartier de Mar Michael, la rue Arax du quartier de Bourj Hammoud n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle était le cœur battant des virées shopping. « Un magasin sur deux a fermé, maintenant », raconte Elias. Ce boulanger de la rue d’à côté exagère un peu : la majorité des boutiques restent ouvertes. Mais c’est que le Liban connaît actuellement une des plus graves crises de son histoire. La Banque mondiale l’a même qualifiée de l’une des pires en 100 ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs