Accueil Monde Proche-Orient

Au Liban, «on ne peut pas se contenter d’attendre la mort» face aux crises

Personne au Liban ne croit que les élections législatives du 15 mai pourront apporter le début d’une ombre de solution à l’immense crise économique et démocratique qui ronge le pays. Reportage auprès de ceux qui se languissent du changement sans oser y rêver.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 1 min

C’est comme si un malheur en amenait forcément un autre, le Liban a vécu des années terribles : une révolution qui s’est endormie, une pandémie, l’explosion du port, une crise économique historique. Ce 15 mai, des élections législatives pourraient permettre de redonner un nouveau souffle au pays. Mais personne n’y croit vraiment.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs