Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: le G7 déterminé à soutenir l’Ukraine «jusqu’à la victoire»

Les pays du G7 se réunissent jusqu’à samedi en Allemagne afin de trouver des solutions pour soutenir davantage Kiev

Temps de lecture: 2 min

Les ministres des Affaires étrangères du G7 (Allemagne, France, Italie, Canada, États-Unis, Japon et Royaume-Uni), rejoints par leurs homologues ukrainien, Dmytro Kuleba, et moldave, Nicu Popescu, sont réunis jusqu’à samedi à Wangels, dans le nord de l’Allemagne, pour savoir comment soutenir davantage Kiev dans sa résistance à l’invasion russe.

De nouvelles initiatives à venir

Ils s’entretiendront notamment des répercussions de la guerre sur les pays les plus défavorisés, notamment africains, et les risques de crise alimentaire mondiale, avait indiqué la veille la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock, dont le pays assure la présidence du G7.

« Il y a des initiatives qui vont être prises qui seront, je pense, des initiatives de cohérence et de cohésion entre les différents acteurs pour permettent d’éviter les conséquences sur l’approvisionnement alimentaire de la crise ukrainienne », a indiqué M. Le Drian.

Plus d’armes fournies à l’Ukraine

La Grande-Bretagne a demandé vendredi à ce que « plus d’armes » soient livrées à l’Ukraine face à la Russie contre laquelle elle exige de nouvelles sanctions, la France assurant à Kiev le soutien du G7 « jusqu’à la victoire ».

« L’unité du G7 a été vitale pendant cette crise pour protéger la liberté et la démocratie et nous continuerons à travailler ensemble pour y parvenir », a affirmé la ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss

Son homologue français Jean-Yves Le Drian a lui assuré Kiev du soutien des membres du G7 « dans la durée ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 13 mai 2022, 13:31

    Revoilà Radio Budapest.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 13 mai 2022, 11:15

    Si la « victoire » signifie la reprise du Dombass et de la Crimée, je ne sais pas comment qualifier l’idée que ce soit possible sans engagement réel d’autres armées aux côtés de l’Ukraine: folle ou criminelle? J’ai l’impression qu’on prévoit déjà un discours « sur mesure » pour habiller en victoire une perte de territoire définitive, ce qui est en principe une défaite. Genre « on leur a mis 5 goals donc on a quand même un peu gagné » (sauf qu’eux en ont mis 6 et que donc en réalité vous avez perdu). Il n’y pas que « l’honneur » et les « valeurs ». Il y a des vies humaines et je ne vais jamais soutenir l’idée qu’on doit en arriver à envoyer des filles, des gamins de 16 ans et des mecs de 60 ans pour aller faire boum-boum sans aucune chance de gagner dans l’idée qu’il faudrait, en fait, tuer le plus de Russes possible indépendamment des pertes. Désolé, mais non. Et que ceux qui ne sont pas d’accord et ont un super-profil de combattant joignent le geste à la parole et aillent combattre réellement eux-mêmes.

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, vendredi 13 mai 2022, 10:58

    Il n'y aura pas de "victoire" à proprement parler. Une cessation des hostilités au mieux, avec consolidation de la présence russe dans le Dombass. L'Ukraine ne peut pas espérer faire reculer les russes partout, ni reconquérir les territoires perdus en 2014. Il faudra négocier.

  • Posté par Bastin Eric, vendredi 13 mai 2022, 10:26

    Il faudra faire bien attention à ce qu'on entend par victoire : retour à la situation d'avant le 24 février, ou retour à la situation d'avant 2014 ? Ce n'est pas exactement la même chose car ce qu'ils ont conquis en 2014 sera considéré par les Russes comme présentant un intérêt vital pour eux. Repousser l'envahisseur, certes, mais sans humiliation, comme dirait Emmanuel Macron, aussi injuste cela soit-il pour les Ukrainiens.

Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une