Accueil Belgique Politique

Malades de longue durée: le gouvernement prévoit des sanctions pour les employeurs et les employés

Le Premier ministre, Alexander De Croo, et le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, ont présenté la réforme du parcours de remise au travail des malades longue durée ce vendredi.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement fédéral a présenté vendredi sa réforme du parcours de remise au travail des malades longue durée, portée par le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Les mesures avalisées par le Conseil des ministres visent les travailleurs salariés. Comme annoncé au mois d’octobre, un mécanisme est mis sur pied pour accompagner le malade de longue durée en mesure de travailler à nouveau, même partiellement, vers un emploi en trouvant des formules adaptées. Le processus s’enclenche par un questionnaire. En cas de refus répété et non justifié de le remplir ou de répondre aux invitations qui suivent, le travailleur risque de perdre 2,5 % de son indemnité. Un système de clignotants est également mis en place pour les entreprises qui compteraient un nombre trop important de malades de longue durée et qui peut mener là aussi à une sanction, en l’occurrence une cotisation patronale spécifique de 2,5 % sur base annuelle.

Le but n’est pas de sanctionner, a répété le ministre des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke, au cours d’une conférence de presse. « On crée un droit à être réintégré dans la société. C’est un chantier de solidarité. On veut créer des opportunités pour les personnes qui sont malades de longue durée et qui peuvent être réintégrées de manière adaptée », a-t-il assuré.

Aujourd’hui, 500.000 travailleurs sont en congé maladie de plus d’un an, soit plus que le nombre de chômeurs. Aux yeux du gouvernement, ils représentent un défi majeur, dont l’importance s’accroît encore avec le nombre d’offres d’emploi qui aujourd’hui restent non pourvues. « Cela fait partie de notre stratégie pour doper l’emploi et arriver à un taux de 80 %. Ces offres d’emploi qui restent sans réponse ne sont pas seulement un problème économique mais aussi sociétal, par exemple si on n’arrive pas à recruter des infirmières », a expliqué le Premier ministre, Alexander De Croo.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

30 Commentaires

  • Posté par c006ED7, lundi 16 mai 2022, 9:52

    Une excellente nouvelle, si cette lutte est faite correctement et en ciblant correctement les vrais fraudeurs. Il y a une part énorme de parasites, bossant au black alors qu'ils sont soit-disant en incapacité de travail. Je me demande comme le PS francophone va réagir vu que ces profiteurs représentent une partie significative de son électorat. Lutter contre cette fraude est urgent et nécessaire si on veut garantir la pérénité de la solidarité pour ceux qui en ont vraiment besoin.

  • Posté par swinge olivier, dimanche 15 mai 2022, 13:12

    voilà, on y est... le statut de malade handicapé va être démantelé par... un socialiste !! socialos, vous ne vous rendez compte de rien ? au travail, les parasites !

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 14 mai 2022, 19:18

    Là, le Ministre pédale dans la semoule. Il est au bord du gouffre et veut faire un pas en avant.

  • Posté par Huys Eric, samedi 14 mai 2022, 5:20

    opportunité + droit de se réintégrer + chantier de solidarité = perte de 2,5%. Donc cette perte, ce n'est pas une sanction mais une opportunité. Jamais été doué en math moi... ni en politique!

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 13 mai 2022, 19:54

    Moi, j’ai une salariée qui est arrêtée depuis un peu plus de deux ans, certificat de 2 mois en 2 mois. Véhicule de société régulièrement accidenté (malade pour travailler pas pour rouler) … inutile de vous préciser ce que j’en pense je suppose ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une