Accueil Séries

«Fils de» vise Bruxelles au chœur

Bruxelles, terre de série ? Après « Pandore », « Fils de » place la capitale au centre d’une histoire de gangsters, où la musique de rue tient le second rôle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

C’est encore frais dans les mémoires : la juge incarnée par Anne Coesens qui déambule dans les rues de Bruxelles, à l’ombre du Palais de justice. Des embouteillages sur la Petite Ceinture à proximité de la gare du Midi qui pourrissent peut-être la vie des automobilistes, mais font aussi, si l’on en croit les réalisateurs, la télégénie de la capitale, loin des clichés touristiques de la Grand-Place, de l’Atomium ou du quartier européen. La Région-Capitale retrouve le rôle principal dans une série avec Fils de, qui furète dans ses réalités plus souterraines, moins souvent exposées comme faisant partie du décor. C’est la ville des tours de logements sociaux du quartier Peterbos à Anderlecht, des quartiers industriels le long du canal ou encore de Matonge. « Les Marolles, Flagey, Saint-Gilles, Laeken », à qui Angèle doit son nom, comme elle le proclame dans son tube.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Séries

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs