Accueil Économie Entreprises

Nethys: perquisitions chez Pierre Meyers et Marc Beyens

Dans le cadre d’une instruction ouverte pour de possibles abus de biens sociaux, les enquêteurs de l’OCRC ont rendu visite à Marc Beyens et Pierre Meyers, ex-actionnaires de la société Electricité du bassin de Ivugha.

Temps de lecture: 2 min

En janvier 2017, une instruction était ouverte à Liège afin d’éclaircir les conditions dans lesquelles Elicio, filiale de Nethys, avait investi dans un projet de centrale hydroélectrique au Congo en même temps que trois de ses cadres : Stéphane Moreau (CEO de Nethys), Marc Beyens (chargé du développement international de la société) et Pierre Meyers (président du conseil d’administration). L’information a été publiée en ligne en milieu de journée ce vendredi par nos confrères de L’Echo.

Sur injonction du juge d’instruction liégeois Frédéric Frenay, MM. Beyens et Meyers ont été perquisitionnés ce jeudi 12 mai par les enquêteurs de l’Office central pour la répression de la corruption (OCRC). Il s’agit pour la justice de déterminer si la création par les quatre actionnaires précités de la société belge Electricité du bassin de Ivugha (EBI) s’est traduite par des abus de biens sociaux, autrement dit de savoir si les actionnaires privés se sont enrichis au détriment de l’intercommunale liégeoise.

En 2020, les nouveaux dirigeants de Nethys avaient également déposé plainte avec constitution de partie civile à l’encontre de leurs prédécesseurs, leur reprochant d’avoir fait racheter par Nethys les actions et créances qu’ils détenaient à titre privé dans la société congolaise EBI. Des reproches que Pierre Meyers et Marc Beyens nient fermement, en étayant leurs déclarations de documents, dont plusieurs procès-verbaux de Nethys et de sa filiale Elicio.

Les actifs de cette société productrice d’électricité ont depuis lors été revendus au groupe industriel ENK, actif au Congo, dans lequel on trouve, outre Pierre Meyers et Marc Beyens, l’homme d’affaires belge Filip van Houtte.

« Soulagé »

« Même si une perquisition n’est jamais un grand moment de bonheur, je suis soulagé », réagit Marc Beyens. « Car la prochaine étape sera notre audition par la justice et nous aurons enfin accès au contenu de la plainte déposée par Nethys. J’ose espérer que cette instruction ne se fera pas seulement à charge mais également à décharge. Il va sans dire qu’une fois que nos avocats auront pu consulter ces documents, nous déposerons à notre tour une plainte pour calomnie et diffamation contre le président de Nethys, Laurent Levaux, et l’actuel directeur général, Renaud Witmeur ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière