Accueil Monde Europe

La Commission européenne veut rompre son contrat pour un vaccin anti-covid

Le groupe pharmaceutique franco-autrichien Valneva a reçu de la Commission européenne « un avis d’intention de résiliation de l’accord de fourniture » de son vaccin contre le covid, a-t-il annoncé lundi.

Temps de lecture: 2 min

Le contrat signé entre la Commission européenne et le groupe Valneva donnait le droit à la Commission d’y mettre fin si le vaccin mis au point par Valneva, appelé le VLA2001, n’avait pas reçu une autorisation de mise sur le marché de l’Agence européenne des médicaments (EMA), au plus tard le 30 avril 2022, rappelle l’entreprise.

« Selon les termes du contrat, Valneva dispose de 30 jours à compter du 13 mai 2022 pour obtenir une autorisation de mise sur le marché ou proposer un plan permettant de remédier à la situation de façon acceptable », précise Valneva.

Le groupe « va travailler de concert avec la Commission européenne et les Etats membres participant à l’accord pour convenir d’un tel plan et mettre VLA2001 à disposition des Etats membres qui souhaitent obtenir le vaccin », ajoute-t-il.

Fin avril, Valneva avait reçu une nouvelle liste de questions de l’EMA. Dans le communiqué de lundi, le directeur général du groupe, Thomas Lingelbach, dit avoir « répondu à ces questions le 2 mai » et « estime que sa soumission apporte des réponses suffisantes aux questions restantes ». Si l’EMA « accepte ces réponses », Valneva « pourrait obtenir une opinion positive au plus tard en juin 2022 ».

Il qualifie de « regrettable » la décision de la Commission européenne, « et ce d’autant que nous continuons à recevoir des messages d’Européens qui recherchent une solution vaccinale plus traditionnelle ».

Le vaccin de Valneva se base sur un virus inactivé. Par rapport aux vaccins anti-covid autorisés dans l’UE, c’est une technologie plus traditionnelle que les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, à ARN messager, et, dans une moindre mesure que ceux d’AstraZeneca et Johnson&Johnson, à vecteur viral, ou celui de Novavax, à protéine recombinante.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Hanon Jean, lundi 16 mai 2022, 10:12

    Les autorités européennes sont des crétins sans nom

  • Posté par Rabozee Michel, lundi 16 mai 2022, 10:43

    Vu votre pseudo, tout comme vous, quoi. Si dans le contrat, il est mis que celui-ci est caduc si l'autorisation de mise sur le marché n'a pas été obtenue fin avril 2022 (on est en mai 2022), la rupture du contrat est légitime, puisqu'autorisation, il n'y a pas. C'est marrant, pendant 2 ans vous avez sorti des âneries contre des vaccins ayant reçu l'autorisation, et là, vous allez en sortir vis-à-vis d'un vaccin qui n'en a pas reçu ?

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une