Accueil Culture Musiques

«Delivery»: quand les livreurs à vélo véhiculent un rap goûtu

En s’immisçant sur les scènes du KunstenFestivaldesArts (avec Akira Takayama) ou des Halles de Schaerbeek (avec la Cie Canicule), le rap se dépouille de sa réputation de bad boy, confesse ses manières de thug et frotte ses uppercuts à un art plus institutionnel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Chaque jour elle roule/ Puisque les choses sont ainsi faites./ Une vie de rouille, /A suer sous mes gambettes./ Oui c’est le blues, /Le blues de ma bicyclette. » Dans son clip, sur un air qui rappelle le style d’IAM, La Chaumière fait défiler les rues de Bruxelles, à toute allure, en mode caméra GoPro, esquivant « Des voitures-requins,/ Des camions-baleines,/ Des pots d’échappements/ Qui ont mauvaise haleine ». Emporté par les lignes du tram et les plis de l’asphalte, « Le blues de ma bicyclette » fait pédaler le quotidien des cyclistes urbains en général mais aussi et surtout des livreurs à vélo qui, jour et nuit, arpentent la ville pour sustenter les citadins en pizzas, sushis et autres lubies du take-away.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs