Accueil Économie Entreprises

Les gares ont retrouvé le goût du commerce

Les espaces commerciaux situés dans les gares ont plutôt bien résisté à la crise : seulement cinq faillites pour 416 commerces potentiels. Le plan d’aide a porté ses fruits. Mais la crise est aussi l’occasion de réorganiser certains choix.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Les gares offrent souvent de bons reflets de la population qui les fréquentent, voire un thermomètre économique. Parmi les signes de reprise post-covid constatés ces derniers mois, on trouve la bonne santé des commerces qui offrent leurs services dans les plus grandes gares du pays. Ce n’était pas joué d’avance puisque la SNCB avait cette mission particulière de continuer à fonctionner durant toute la crise, qu’il y ait des gens à bord des trains ou pas. Au pire de la crise, la SNCB a estimé que seulement 5 % des 900.000 voyageurs qui prennent le train chaque jour en semaine montaient encore à bord, au départ des 541 lieux d’embarquement, 401 points d’arrêts, 137 gares et trois sites internationaux. Puis le taux a grimpé et varié selon l’évolution de la pandémie, vers 10 %, 50 % ou 70 %. En cette mi-2022 encore, la fréquentation n’est estimée qu’à 82 ou 84 % de ce qu’elle était en 2019, soit « seulement » 750.000 voyageurs par jour de semaine environ.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Gheys Patrick, mardi 17 mai 2022, 20:49

    Jusqu'il y a une dizaine d'années, la moitié des commerces étaient des cafés. Les navetteurs s'y côtoyaient, sympathisaient, échangeaient des opinions. Aujourd'hui, grâce (?) à la pseudo éthique des bien-pensants soucieux de notre éducation, on n'y trouve plus que des sandwicheries industrielles, des bars écolo-bobos qui n'offrent que de l'eau et de l'herbe. La convivialité et le social ont laissé la place à l'individualisme. Foutue société aseptisée !

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs