Accueil Société

Sans-papiers: la pétition «In my name» trébuche sur des problèmes techniques

La pétition lancée par des collectifs de sans-papiers, qui devait leur permettre de se faire entendre par les parlementaires, a réuni 35.000 signatures. Mais celles-ci étant électroniques et en version papier, elles ont été refusées.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le 8 décembre dernier, trois gros collectifs de sans-papiers lançaient la campagne « In my name » avec pour objectif de rassembler avant l’été suffisamment de signatures pour « forcer » le parlement, au sein de la commission compétente, à les écouter. La loi « d’initiative citoyenne » du 2 mai 2019 permet en effet aux citoyens d’introduire en ligne une pétition à la Chambre ; si celle-ci atteint un certain nombre de signatures (14.500 provenant de personnes domiciliées en Flandre, 8.000 en Wallonie et 2.500 à Bruxelles), le pétitionnaire à la base de l’initiative peut être entendu par les parlementaires – sans engagement, évidemment, quant à la suite qui sera donnée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs