Accueil Énergie

Engie pose ses conditions à une prolongation potentielle du nucléaire jusqu’en 2035

Le producteur et fournisseur d’énergie ne s’engagera dans une prolongation du nucléaire jusqu’en 2035 que sous certaines conditions.

Temps de lecture: 3 min

Engie a posé ses conditions à une prolongation potentielle du nucléaire jusqu’en 2035 en Belgique. Le producteur et fournisseur d’énergie ne s’engagera ainsi dans un tel projet que « dans le cadre d’une approche équilibrée de partage des risques, avec un dispositif réglementaire défini, stable et viable pour l’investissement requis, comprenant également un cadre clair pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires ». C’est ce qu’a communiqué mardi l’entreprise, maison-mère d’Engie Belgique, à l’occasion de la publication de ses résultats financiers trimestriels.

Le gouvernement fédéral a décidé le 18 mars dernier de demander à la société française de prolonger la durée de vie opérationnelle des réacteurs Doel 4 et Tihange 3 jusqu’en 2035. « Cette décision exigerait qu’Engie proroge son rôle d’exploitant nucléaire pour une période beaucoup plus longue que prévu. Engie contribue à cette réorientation et travaille avec le gouvernement pour étudier la faisabilité et les conditions de mise en œuvre de ce nouveau scénario », commente-t-elle.

Engie rappelle avoir déjà indiqué que cinq années seront nécessaires pour l’exécution d’un tel scénario, étant donné les importantes contraintes en termes de sécurité, de réglementation et de mise en œuvre que cela implique. Cela d’autant plus que les travaux de prolongation devront être réalisés alors même que le démantèlement des unités adjacentes aura déjà commencé et que d’autres unités adjacentes seront encore en exploitation, relève le producteur et fournisseur d’énergie.

« Compte-tenu de son ampleur, cette prolongation potentielle présenterait un profil de risque qui s’étend au-delà des activités normales d’un opérateur privé », estime Engie.

Fin mars, le CEO d’Engie Belgique, Thierry Saegeman, avait prévenu que la décision tardive du gouvernement de prolonger les centrales nucléaires les plus récentes implique qu’elles ne seront prêtes qu’en 2027. Elles devront en outre probablement être mises à l’arrêt entre 2025 et 2027 pour les travaux d’adaptation, avait-il averti.

À plus court terme, les priorités de l’entreprise française sont de « maintenir un niveau de disponibilité opérationnelle élevé, de préparer l’arrêt définitif des deux premières unités cet hiver (Doel 3 le 1er octobre prochain et Tihange 2 le 1er février 2023, NDLR) et d’entrer dans le processus de révision triennale des provisions nucléaires au cours du second semestre de cette année ».

« En ce qui concerne ce dernier point, et suivant le même processus qu’en 2019, cette révision tiendra compte de toute mise à jour requise des scénarii techniques et économiques, notamment les coûts, le calendrier et les taux d’actualisation », précise Engie.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par d dsti, dimanche 22 mai 2022, 14:02

    Il est dommage et assez lamentable que le MR quand il était au pouvoir avec la NVA n'ait pas aboli cette loi stupide de 2003 sur l'arrêt du nucléaire. Je subodore que c'est par de basses considérations politiciennes (ne pas se mettre les Ecolos à dos dans une future coalition) qu'ils ne l'ont pas fait et maintenant bien sûr Engie va le faire payer à la Belgique.

  • Posté par Chalet Alain, mardi 17 mai 2022, 19:28

    Ce que demande Engie est ce que demande n'importe quel responsable sensé d'un projet: une définition claire des responsabilités et une situation juridique stable et claire. Donc tout le contraire de ce dont sont capables les clowns grotesques et incompétents de la Vivaldi.

  • Posté par Lambert André, mardi 17 mai 2022, 12:41

    En clair, cela signifie qu'Engie veut continuer à accumuler les immenses bénéfices, mais sans supporter les risques éventuels pouvant découler de cette prolongation et aussi sans supporter le coût du démantèlement. En somme, le vrai jackpot. Et on devine aisément qui seront les cocus de cette farce......le brave citoyen qui devra banquer encore et encore !!!

  • Posté par Chalet Alain, mardi 17 mai 2022, 19:31

    Lambert André, aucune société sensée ne va investir dans un projet sans des garanties raisonnables de rentabilité. Ce serait d'ailleurs nuisible pour tout le monde, donc aussi pour les braves citoyens.

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une