Accueil Guerre en Ukraine

«Terrifiées à l’idée de ne pas pouvoir se faire avorter»: le désarroi des Ukrainiennes réfugiées en Pologne

Dans une Pologne où le droit à l’avortement est fortement encadré, les ONG féministes restent une planche de salut pour les Ukrainiennes nécessitant un recours à un avortement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Elles ont fui les horreurs de la guerre, mais traverser la frontière ne signifie pas la fin de leur calvaire. C’est avec effroi que de nombreuses Ukrainiennes arrivant en Pologne voisine découvrent la dureté de la loi polonaise sur l’avortement, l’une des plus strictes en Europe. « Il est très difficile d’imaginer ce que vivent ces femmes qui ont fui le conflit, certaines ont été violées, d’autres ont peut-être perdu leurs proches ou leurs biens, tout un pan de leur vie qui part en fumée. Elles sont venues dans un autre pays dont elles ne parlent peut-être pas la langue, et où la situation demeure très compliquée en matière de droits des femmes », déplore Antonina Lewandowska, militante au sein de la Fondation polonaise pour les femmes et pour la planification familiale (Federa).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, mercredi 18 mai 2022, 14:29

    Pourquoi y a-t-il des ONG étrangères sur le sol polonais? Pourquoi ces femmes ne retournent-elles pas dans l'ouest de l'Ukraine où il n'y a aucun combat? Beaucoup de femmes quittent l'Ukraine non pas à cause de la guerre mais parce que l'occasion fait le larron.

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 18 mai 2022, 16:21

    C'est pas à vous que ça arriverait, hein ! Une vraie Torquemada en jupons.

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 18 mai 2022, 14:25

    Coincées entre le canon russe et le goupillon polonais, entre le rouge et le noir. Il y en a qui n'ont décidément pas de chance ... Et, ici, tout le monde s'en fout et donne des leçons de droit constitutionnel à deux balles. Une fois de plus, il faut lire que "tant pis si elles sont nées au mauvais endroit". Ou "avec le mauvais sexe". Que toutes ces grenouilles de bénitier aillent donc se faire ....

  • Posté par Deladrier-rase , mercredi 18 mai 2022, 18:09

    La Slovaquie et surtout la république Tchèque n'ont aucun problème avec l'avortement et sont voisins de la Pologne. C'est devenu tellement banal qu'on n'y fait plus attention, mais le rôle des ONG n'est en théorie pas de s'occuper de politique, ce qu'elles ne cessent de faire ! qu'elles gardent leur énergie et l'argent dépensé en lobbying pour conduire ces femmes où elles pourront avorter dans de bonnes conditions, ce n'est pas si loin et elles ne doivent pas être à 100 km près.

  • Posté par Deladrier-rase , mercredi 18 mai 2022, 11:24

    Toute triste que soit la situation, ce n'est pas à des réfugiés de vouloir changer les lois des pays qui les accueillent. C'est malheureusement toujours la même chanson avec des gens venus d'ailleurs, on est bien placé pour le savoir en Belgique. Les ONG en question feraient mieux d'envisager des transferts vers des pays ou l'avortement est légal plutôt que de perdre leur temps et leur énergie à se plaindre de la situation polonaise, mais elles veulent profiter de la situation pour influer sur la politique polonaise.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs