Accueil Monde Asie-Pacifique

Répression des Ouïghours: l’ONU temporise, la presse révèle

Depuis 2017 s’accumulent enquêtes et témoignages sur la terrible répression menée par Pékin contre les musulmans ouïghours. Mais, avant une visite au Xinjiang, le Haut Commissariat de l’ONU pour les droits humains semble paralysé. L’agence AP vient cependant de sortir une enquête majeure.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Avant fin mai, la haute commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet se rendra en Chine. But premier de cette mission : visiter le Xinjiang pour rendre compte des violations que le pouvoir chinois inflige aux musulmans ouïghours. L’ex-présidente chilienne aura attendu près de quatre ans cette visite, la première depuis dix-sept ans du principal responsable de l’ONU en matière de droits humains.

Problème : la Chine, qui réfute enquêtes et témoignages expliquant comment plus d’un million de Ouïghours sont emprisonnés, semble avoir temporairement réussi à neutraliser la haute commissaire. En décembre, son porte-parole avait en effet annoncé qu’un rapport sur « les allégations de graves violations des droits humains au Xinjiang » serait rendu public « dans quelques semaines ». On attend toujours sa publication.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs