Accueil Léna

Frances Arnold, de chauffeuse de taxi à Prix Nobel de chimie

L’ingénieure américaine, qui a travaillé comme femme de ménage, pizzaïola et serveuse avant de se consacrer à la science et de remporter le Nobel, encourage les jeunes à être curieux.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Quelques mois après la mort du dictateur espagnol Franco, une jeune Américaine de 19 ans atterrit à Madrid pour faire un stage estival au sein de l’entreprise Westinghouse, qui a construit les premiers réacteurs nucléaires d’Espagne. La jeune femme, qui suit des études pour devenir ingénieure, s’installe dans un appartement en colocation. « J’ai passé un été merveilleux à Madrid en 1976. J’étais jeune, la nouvelle démocratie l’était tout autant… C’était une fête permanente », se souvient aujourd’hui Frances Arnold, née à Pittsburgh il y a 64 ans.

Dans sa ville natale, elle avait déjà été pizzaïola, réceptionniste, serveuse dans un club de jazz, et même chauffeuse de taxi. A Madrid, un dictionnaire à la main, elle a commencé à dévorer les livres de l’écrivain argentin Jorge Luis Borges. Et, d’après Frances Arnold, c’est l’œuvre de Borges qui l’a aidée à remporter le prix Nobel de chimie en 2018.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs