Accueil Monde Proche-Orient

Syrie: le Pentagone dédouane l’armée américaine d’une frappe meurtrière contre des civils

En 2019, une frappe américaine a tué au moins 56 personnes, dont des femmes et des enfants. Une enquête du Pentagone juge que les responsables n’ont commis aucune faute.

Temps de lecture: 3 min

Aucune guerre n’est propre. En 2019, l’armée américaine, engagée en Syrie, a tué des civils lors d’une frappe sur Baghouz. Une enquête du New York Times avait révélé l’affaire, accusant l’armée américaine d’avoir voulu dissimuler la présence de ces victimes. Aujourd’hui, le Pentagone livre le résultat d’une enquête sur ce bombardement. Et dédouane les hommes de l’armée américaine.

Pour le ministère américain de la Défense, les responsables de cette frappe aérienne n’ont commis aucune faute, n’ayant pas « délibérément » tué des civils ni fait acte d’une « indifférence injustifiée ». Personne ne sera sanctionné, a souligné son porte-parole.

L’enquête interne avait été lancée en novembre après la publication du New York Times. Le journal américain affirmait que 70 personnes, dont des femmes et des enfants, avaient été tuées dans cette opération à Baghouz, dernier bastion du groupe Etat islamique (EI), et qu’un juriste militaire avait qualifié l’incident de « possible crime de guerre ».

Au moins 56 morts

Mais l’enquête, dirigée par le général de l’armée de terre Michael Garrett, a conclu que le commandant des forces américaines sur le terrain avait reçu ce jour-là une demande urgente de soutien aérien des Forces démocratiques syriennes (FDS), la coalition de combattants anti-EI soutenus par les Occidentaux dans le nord-est syrien. Le commandant « a obtenu confirmation qu’il n’y avait pas de civils dans la zone de tir » et a autorisé la frappe, indique le général Garrett dans ses conclusions rendues publiques.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a précisé que la frappe avait fait 56 morts, dont 52 combattants parmi lesquels 51 adultes et un adolescent. Quatre civils – une femme et trois enfants – ont été tués. Par ailleurs, deux combattants ont été blessés, ainsi que 15 civils (11 femmes et quatre enfants), a-t-il précisé.

Le rapport d’enquête attribue à des « erreurs administratives » les retards pris dans la mise au jour de ces faits, qui n’ont été révélés que trois ans après par la presse, donnant l’impression que l’armée cherchait à les dissimuler. Mais dans une note de la plus haute hiérarchie de l’armée américaine, également publié mardi, le ministre de la Défense Lloyd Austin s’est déclaré « déçu » d’apprendre que des informations aient été passées sous silence pendant des mois. Il a ordonné aux chefs des commandements militaires américains de s’assurer que toute opération liée à des victimes civiles fasse l’objet d’une enquête.

L’enquête a établi que personne n’avait « agi en violation des lois de la guerre », a-t-il dit, et a au contraire conclu qu’il n’y avait eu « aucune intention malveillante ». « Nous ne faisons pas tout parfaitement, mais nous essayons de nous améliorer », a assuré le porte-parole. « Nous essayons d’être aussi transparents que possible sur les leçons que nous tirons. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Stoob Spyridon, mercredi 18 mai 2022, 14:32

    Les américains ne tuent jamais délibérément, non ils ne font que des dégâts collatéraux. C’est toujours la faute aux civils. Et quand ils condamnent à perpétuité le responsable du massacre à da nang au Vietnam le président Nixon le gracie au bout de 3 ans ( pour bons et loyaux services à la patrie sans doute). Et son supérieur à lui été acquitté car comme il a dit « il n’était pas au courant ». A-t-on une idée des millions de morts causés par les divers guerres et coups d’état fomentés par les américains (mais toujours au nom de la démocratie…)?

Sur le même sujet

Aussi en Proche-Orient

Israël se dirige vers de nouvelles élections

Naftali Bennett et Yair Lapid, les deux leaders de la coalition au pouvoir depuis un an, ont annoncé vouloir dissoudre la Knesset. Ils cherchent une porte de sortie pour leur gouvernement, sans majorité depuis plusieurs semaines, au détriment de la stabilité du pays, qui vivra sa cinquième élection en moins de quatre ans.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une