Accueil Belgique Politique

Tensions politiques autour de l’abattage rituel: «Le cordon sanitaire politique vient de prendre un sérieux coup»

Des auditions ont eu lieu ce mercredi sur l’opportunité d’imposer l’étourdissement des animaux avant leur abattage.

Temps de lecture: 3 min

La commission de l’environnement du parlement bruxellois a entamé mercredi une série d’auditions pour alimenter la réflexion sur l’opportunité ou non d’imposer l’abattage des animaux avec un étourdissement préalable, comme en Flandre et en Wallonie.

A l’occasion d’une présentation préalable des propositions d’ordonnance visant à imposer l’étourdissement préalable, la tension est montée d’un cran lorsque Jonathan de Patoul (Défi), coauteur d’une proposition déposée avec Groen et l’Open VLD, a sollicité la présentation de celle-ci avant celles du Belang et de la N-VA.

Sa demande a été rejetée par 8 voix contre 5, ce que n’a pas manqué de faire observer le MR, reprochant au PS et à Ecolo, qui s’y sont opposés, de « choisir de donner la priorité au texte du Vlaams Belang sur l’interdiction de l’abattage sans étourdissement pour politiser le débat et éviter la discussion de fond ». « Le cordon sanitaire politique vient de prendre un sérieux coup », a réagi Georges-Louis Bouchez, président du MR.

Les premières auditions ont permis d’entendre, jusqu’en début d’après-midi, les représentants du Consistoire central israélite de Belgique, du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) et de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) ainsi que de l’abattoir d’Anderlecht et de la Fédération des boucheries Halal, dans un climat d’écoute plus serein.

Les représentants des communautés juive et musulmane ont fait part de leur sensation d’être dans le viseur pour leurs convictions religieuses dans la mesure où d’autres formes de mise à mort à des fins alimentaires ne sont pas visées par les mêmes préoccupations en Belgique.

Pour plusieurs d’entre eux, il y a aussi lieu de s’interroger préalablement aussi sur l’impact de l’étourdissement, le mot-clé de l’ensemble du débat, sur la souffrance animale.

D’après le grand Rabin de Bruxelles, Albert Guigui, dans les abattoirs, de nombreuses bêtes sont mal étourdies et saignées conscientes ou en train de se réveiller. Chez les bovins, cela concernerait entre 6 et 16 % des bovins. Le nombre de bovins abattus selon le rite religieux de l’« ashrita » serait cent fois moins élevé que le nombre de bovins abattus suite à l’échec de l’étourdissement préalable.

Pour le président du Consistoire central israélite de Belgique, Philippe Markiewicz, à suivre la logique des propositions d’ordonnance sur la table, il faudrait interdire tout abattage car l’abattage à la chaîne et le transport des animaux sont une « horreur ». Celui-ci a invité les députés bruxellois à constituer un organe de réflexion avec les représentants de tous les cultes reconnus et de la laïcité pour permettre un « dialogue ouvert fidèle aux principes de la démocratie éclairée ».

Il n’a pas été contredit par les représentants de l’Exécutif des musulmans de Belgique, Mehmet Ustun et Coskun Beyazgül. Pour ceux-ci, dans les propositions sur la table, on ne s’intéresse qu’aux derniers instants de la vie de l’animal et non au bien-être de celui-ci tout au long de la vie, qui est une préoccupation de l’islam depuis 14 siècles.

Selon Beyazgül, le discours du bien-être animal tel que présenté aujourd’hui ne se préoccupe pas du bien-être animal. Il ne se focalise que sur les méthodes de mise à mort durant les dernières secondes de la vie des animaux de consommation. La chasse considérée comme un loisir, la cuisson à vif du homard, le gavage des oies et « d’autres maltraitances » ne font pas partie des préoccupations des textes proposés.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par collin liliane, mercredi 18 mai 2022, 23:17

    Aucune loi religieuse ne doit être au-dessus des lois civiles et aucune loi civile ne doit être amendée pour plaire aux religieux. Pas d'abattage rituel et pas de signes convictionnels dans la fonction publique.

  • Posté par eric biltiau, mercredi 18 mai 2022, 23:18

    CQFD

  • Posté par Hourdeau Chantal, mercredi 18 mai 2022, 22:07

    Ils sont bêtes ces représentants des juifs et musulmans!!! Visiblement, ils ne savent même pas ce que fait Gaïa! Et bien si, messieurs, Gaïa se bat contre le gavage, contre l'ébouillantage des homards et contre de multiples causes de maltraitance animale!! Et vu la loi, même à Bruxelles, l'abattoir d'Anderlecht est hors là loi en n'étourdissant pas les animaux!! L'abattage rituel est une EXCEPTION!!!! Et bien entendu, Gaïa n'a pas été invité ni une autre association!!! Que les politiques bruxellois arrêtent toute discussion, je me doute que ça ne changera rien du tout!!

  • Posté par eric biltiau, mercredi 18 mai 2022, 21:28

    Comment peut-on être collabo d'une pratique religieuse ancestrale qui ne respecte pas au 21è siècle le bien-être animal ? Et après "on" viendra encore nous rabattre les oreilles en disant que ces "collabos" ont été élu démocratiquement... Il est plus que temps qu'une "charte de bonne conduite" soit instaurée pour tout politicien et qui reprend tout comme pour "l'incitation à la haine et au racisme" la condamnation de celles et ceux qui ne respecteraient pas le bien-être animal.

  • Posté par massacry olivier, mercredi 18 mai 2022, 23:56

    Vous dénoncez là la politique du MR-ex-Cdh pour les grandes chasses dans nos Ardennes?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une