Accueil Culture Musiques

Reine Elisabeth: la force de la légèreté

Nos impressions sur la session de ce mercredi après-midi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Récitals

James Baik (Américain, 20 ans)

Un petit jeune homme qu’on pourrait croire discret, mais qui, très vite, révèle une belle maturité avec un vrai sens de la partition. À 20 ans seulement (21 ans début juin), l’Américain James Baik ouvre cette cinquième session de demi-finale avec gourmandise et envie. Charmant et décidé dans le « Moderato » de son Concerto n. 1 en ut majeur de Joseph Haydn, il trouve une jolie légèreté dans la cadence. Son « Adagio » est élégant, avec un vrai sens de la mélodie. Avant une conclusion par un « Allegro molto » d’une belle maîtrise, nourri de regards vers les premiers violons et vers Vahan Mardirossian, qui dirige l’Orchestre royal de chambre de Wallonie. Simple et évident.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs