Accueil Opinions Chroniques

L’ordre du discours et le moutonnement des commentaires

Les barons de la politique et de la Finance seraient-ils devenus subitement moins dangereux pour la démocratie et plus fréquentables que les grévistes dont les actions ont été pointées du doigt ces dernières semaines ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Permettez-moi, si tant est que la liberté d’expression existe encore, d’être très attristé par les éditoriaux du Soir des 4-5 juin 2016, consacrés au syndicalisme bashing. Mettons tout de suite les choses au point. Je suis et resterai un défenseur de la liberté de la presse. Toutefois, il n’est pas obligatoire, dans ce contexte, de se pâmer devant les décodages (!) des médias, pour employer le vocabulaire à la mode. Droit à la grève et liberté d’expression sont tout autant des piliers de la démocratie. Mais celle-ci est-elle toujours en vigueur, après les déclarations récentes du président de la Commission et d’un parlementaire européen ? Pour le premier, l’esprit démocratique est subordonné à l’esprit européen. Quant au second, il affirme que seules les mesures de droite sont efficaces (!).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs